Ei-iE

Résolution du Bureau Exécutif de l'Internationale de l'Education (IE) sur les attaques terroristes au Mozambique

Publié 14 décembre 2020 Mis à jour 16 décembre 2020

Résolution du Bureau Exécutif de l'Internationale de l'Education (IE) sur les attaques terroristes au Mozambique

Le Bureau Exécutif de l'IE, lors de sa réunion virtuelle du 9 décembre 2020, fait appel au Gouvernement du Mozambique, à la Communauté de Développement de l'Afrique Australe, à l'Union Africaine et à la communauté internationale à prendre des mesures urgentes, afin de protéger les écoles, les éducateur-rice-s et les élèves des attaques, d'assurer la sécurité et de soutenir les victimes d'attaques terroristes.

Cette résolution a également exprimé sa solidarité à l'ONP, aux enseignant-e-s, aux étudiant-e-s et autres personnes sujettes à la violence, tout en soutenant la fourniture d'une aide matérielle, notamment d'abris, de nourriture et de vêtements pour les enseignant-e-s déplacés et de fournitures scolaires pour les élèves, et lancé un appel aux organisations membres pour qu'elles se joignent à la solidarité avec l'ONP. 

La résolution a été adoptée à la suite de rapports de l'Organização Nacional dos Professores (ONP) du Mozambique, selon lesquels six enseignant-e-s ont été récemment assassinés par des terroristes dans la province de Cabo Delgato, dans le nord du pays.

Selon les Nations Unies, les attaques terroristes ont fait plus de 2 000 morts et 350 000 personnes déplacées, et ont détruit des logements et des infrastructures publiques et privées. La violence a fait déplacer 74 149 élèves et 1 486 enseignant-e-s. Des établissements d'enseignement (172) ont été endommagés ou contraints à la fermeture, à cause du nombre d’attaques terroristes sur des écoles primaires et secondaires, des écoles normales, des écoles techniques et professionnelles, aussi bien que des instituts agraires

Le Bureau Exécutif a indiqué que les terroristes, qui prétendent être liés à l'État Islamique, opèrent depuis trois ans. Les terroristes viennent de l'intérieur et de l'extérieur du pays, y compris de pays touchés par l'extrémisme violent et les conflits en Afrique et au-delà du continent.

Rappelant la résolution 64/290 des Nations Unies sur le droit à l'éducation dans les situations d'urgence, qui exige aux parties à un conflit armé de respecter les civils, les apprenants, le personnel de l’éducation et les établissements d'enseignement , le Bureau Exécutif de l'IE fait appel au Gouvernement du Mozambique, à la Communauté de Développement de l'Afrique Australe et à l'Union Africaine à prendre des mesures urgentes afin de protéger les éducateur-rice-s et les élèves et de résoudre les problèmes liés à la crise.