Ei-iE

Credit: TazaaKhabar - Cross-wiki upload from hi.wikipedia.org
Credit: TazaaKhabar - Cross-wiki upload from hi.wikipedia.org

Inde : le syndicat demande la fin du processus électoral alors que des enseignant·e·s en service électoral meurent de la COVID-19

Publié 2021-05-04 Mis à jour 2021-05-04

La All India Primary Teachers Federation (AIPTF) a demandé au gouvernement d’arrêter le processus électoral jusqu’à ce que la crise de santé publique soit davantage sous contrôle. Cet appel intervient alors que l’AIPTF pleure la mort de nombreux·euses enseignant·e·s après qu’il·elle·s aient été infecté·e·s par la COVID-19 lors des scrutins des récentes élections en Uttar Pradesh.

Environ 170 enseignant·e·s ont perdu la vie à cause de la COVID-19 alors qu’il·elle·s étaient en mission électorale, selon les membres de la section de l’AIPTF en Uttar Pradesh.

« Nous sommes tous conscients qu’une deuxième vague de la pandémie a frappé le pays et que la situation est très sombre », a déclaré le président de l’AIPTF, Ram Pal Singh. « Toutes les personnes, quel que soit leur statut socio-économique, ont été touchées par la pandémie. » Il a fait ces commentaires dans une lettre datée du 27 avril et adressée au commissaire électoral de l’Inde, Sh. Sushil Chandra.

Les élections ne sont pas une priorité maintenant

La tenue d’élections à l’Assemblée/Panchayat n’est pas une priorité pour la nation à l’heure où une pandémie fait rage, a déclaré M. Singh.

Reconnaissant que le travail électoral réalisé par les enseignant·e·s et les autres fonctionnaires représentent « des tâches très importantes pour le développement et la croissance de notre pays », le dirigeant de l’AIPTF a insisté sur le fait que ce n’est pas le bon moment pour les effectuer.

Revendications syndicales

L’AIPTF, présente dans 25 États de l’Inde avec 2,3 millions de membres, exige que :

• Les enseignant·e·s qui ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions électorales soient remplacé·e·s par d’autres travailleur·euse·s de première ligne.

• Les familles des enseignant·e·s décédé·e·s reçoivent au minimum 50 lakhs indiens (75 dollars américains).

• Un emploi soit donné à un membre de la famille du défunt, afin qu’elle puisse mener une vie décente.

Le syndicat a demandé aux autorités publiques d’arrêter le décompte des voix et le vote pour la dernière phase des élections à l’assemblée législative de l’Uttar Pradesh.

Soutien aux enseignant·e·s

Singh a ajouté que l’AIPTF a assuré le commissaire électoral de l’Inde « que la communauté des enseignants et ensiegnantes du pays apportera tout le soutien possible au gouvernement en ces temps difficiles ».

Il a conclu : « Nous espérons que vous prêterez attention à nos demandes justes et humaines et que vous gagnerez le cœur de millions d’enseignants et enseignantes ».