Ei-iE

Allemagne : succès de la pétition demandant plus de temps pour soutenir les élèves

Publié 2021-06-01 Mis à jour 2021-06-03

Plus de 15.000 personnes ont signé une pétition organisée en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) par les affiliés allemands de l’Internationale de l’Éducation, le Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft (GEW) et le Verband Bildung und Erziehung (VBE), ainsi que l’Association des écoles primaires (GSV, acronyme allemand).

La pétition commune, Nouveaux programmes d’enseignement élémentaire — Pas maintenant ! (en allemand) a été lancée au début de cette année. Dans cette pétition et dans les discussions ultérieures avec le ministère de l’Éducation, le GEW, le VBE et la GSV ont réitéré leur demande de non-mise en œuvre des nouveaux programmes pour les écoles primaires et spécialisées lors de la prochaine année scolaire.

Les organisations de l’éducation ont clairement indiqué que les écoles primaires et les écoles spécialisées ont besoin de suffisamment de temps pour les élèves, ainsi que pour organiser soutien et cours individuels, surtout dans la situation difficile actuelle en matière de santé publique.

VBE : signal positif, mais pas suffisant

Un résultat positif a été la décision du ministère de l’Éducation de RNW de ne pas imposer directement aux écoles la mise en œuvre des nouveaux programmes pour l’année scolaire à venir.

Cependant, le VBE souhaite davantage d’actions. « L’accent doit être mis sur les enfants et les jeunes », a déclaré Stefan Behlau, président de la branche du VBE de RNW. « Il est bon que Madame Yvonne Gebauer, ministre de l’Éducation de RNW, l’ait compris en ce qui concerne le programme scolaire. Maintenant, il est important de continuer à s’entendre sur l’année scolaire à venir et sur les défis à relever pour tous les types d’école. »

GEW : un soutien complet et efficace est nécessaire

Selon le GEW, la pandémie de coronavirus va poser d’énormes défis aux écoles primaires pendant longtemps. « Les enseignants et enseignantes doivent maintenant consacrer tout leur temps aux élèves pour leur apporter un soutien complet et efficace dans cette situation extrêmement difficile et exceptionnelle », a insisté Maike Finnern, présidente de la branche du GEW de RNW. « Toutes les écoles devraient pouvoir utiliser le temps gagné pour s’occuper réellement des tâches actuelles. »

GSV : les écoles primaires ont atteint leurs limites

Christiane Mika, présidente de la branche de la GSV en RNW, a également noté que « les écoles primaires ont atteint leurs limites. Si l’on souhaite que les enseignants et enseignante puissent continuer à se concentrer sur leurs tâches prioritaires et à soutenir les enfants, ils doivent être encouragés et soutenus. »