Ei-iE

JTA Vice-President Dr. Nasser Al-Nawasra after the court hearing. Credit: primetimezone.com
JTA Vice-President Dr. Nasser Al-Nawasra after the court hearing. Credit: primetimezone.com

Jordanie : la justice innocente un dirigeant syndical de l’éducation accusé de diffuser de fausses nouvelles

Publié 20 août 2021 Mis à jour 27 août 2021

L’Internationale de l’Éducation se félicite de l’acquittement de Nasser Al-Nawasra, vice-président de la Jordanian Teachers’ Association (JTA). La cour d’appel d’Amman a déclaré le syndicaliste non coupable du délit de diffusion de nouvelles mensongères et exagérées portant atteinte au prestige de l’État.

Le 11 juillet, le tribunal a également déclaré Al-Nawasra non coupable d’abus de pouvoir et de menace de préjudice dans l’affaire des « vidéos ».

Le parquet jordanien avait déposé une plainte contre le dirigeant de la JTA à la suite de la publication de vidéos le montrant en train de parler de questions liées au syndicat des enseignants.

Le dialogue entre le gouvernement et les syndicats doit être rétabli

Pour l’Internationale de l’Éducation, il pourrait s’agir d’un signe que les pouvoirs publics jordaniens recherchent l’apaisement et tentent de renouer le dialogue avec le syndicat. Aussi leur demande-t-elle instamment de faire en sorte que la JTA puisse reprendre son travail rapidement et adéquatement.

Harcèlement continu des syndicalistes de l’enseignement

Au début de l’année, l’Internationale de l’Éducation a appelé les travailleur·euse·s et les syndicalistes à exhorter les autorités jordaniennes à mettre immédiatement un terme au harcèlement des responsables de la JTA et aux menaces contre son existence même. En février, au moins 18 syndicalistes de l’enseignement ont été arrêtés à Irbid, Jordanie.

L’Internationale de l’Éducation a lancé un appel aux organisations affiliées et aux citoyen·ne·s concerné·e·s du monde entier, les invitant instamment à signer la pétition de LabourStart qui demande que les enseignant·e·s et les travailleur·euse·s de l’éducation puissent exercer pleinement leurs droits fondamentaux en Jordanie.

En octobre 2020, l’Internationale de l’Éducation a condamné l’interdiction d’une conférence de presse publique de la JTA, prévue le 26 du même mois. L’interdiction a été imposée par les autorités jordaniennes, les forces de sécurité ayant donné l’ordre au gouverneur de la capitale jordanienne, Amman, d’interdire la conférence de presse du syndicat. Celle-ci avait pour objectif de faire le point sur la situation de l’éducation et du personnel enseignant en Jordanie.

L’Internationale de l’Éducation réaffirme son entière solidarité avec la JTA et les éducateur·trrice·s de Jordanie.