Résolution sur la formation et l'insertion professionnelle des jeunes

Le premier congrès mondial de l'Internationale de l'Education réuni à Harare (Zimbabwe) du 19 au 23 juillet 1995: Considère que : 1. Les systèmes éducatifs doivent offrir à chaque jeune la possibilité d'une éducation professionnelle initiale reposant sur une base large qui répond globalement aux besoins des industriels et facilite à la fois la progression dans la carrière professionnelle et la poursuite d'études jusqu'au niveau le plus élevé. La qualification professionnelle initiale acquise dans le système éducatif tient compte des évolutions présentes et prévisibles dans le domaine des techniques comme dans ceux de l'organisation du travail et de la société. La formation professionnelle initiale associe les connaissances générales et technologiques à des connaissances professionnelles spécifiques. Elle doit être dispensée à tous les niveaux de qualification jusqu'aux plus élevés, en fonction des capacités et des motivations des jeunes et des exigences économiques et sociales. 2. Le chômage et les processus d'exclusion dont est victime une part croissante de jeunes, y compris de diplômés, conduisent à interroger les stratégies des entreprises et les politiques économiques libérales à l'oeuvre dans la plupart des pays. 3. La formation professionnelle doit permettre à chaque jeune d'accéder à un emploi qualifié avec une qualification reconnue. 4. Un système de formation professionnelle de qualité représente un bon investissement: il vaut mieux investir dans les qualifications des jeunes et le développement de l'emploi qualifié que de financer les coûts économiques et sociaux du chômage et de l'exclusion. 5. Les systèmes éducatifs et les services publics d'éducation ont développé des voies de formation à dominante technologique et professionnelle. Lorsqu'elles sont conçues de façon large, intégrée et équilibrée, elles apportent un élément de diversification des voies de réussite et d'accès aux divers niveaux de formation. Elles doivent donc être d'autant plus consolidées et développées qu'elles constituent un élément de démocratisation et de dynamisme des systèmes éducatifs. 6. La tendance générale, les exigences culturelles et professionnelles conduisent à considérer que c'est plutôt l'ensemble des disciplines et enseignements (généraux, technologiques, professionnels) qui concourent à la fois à l'éducation et à la formation professionnelle des jeunes. C'est en cela que la formation professionnelle devrait améliorer la conception de l'éducation et les voies d'accès à la culture. 7. Le système de formation professionnelle dans chaque pays est lié à la conception du service public d'éducation au système social dans son ensemble. Mais la formation professionnelle initiale au niveau de chaque pays devrait être dispensée gratuitement aux jeunes dans le cadre du service public d'éducation et de formation. Les employeurs des secteurs privé et public devraient reconnaître leurs responsabilités financières et autres envers le système de formation professionnelle et contribuer au cursus de formation selon des modalités diversifiées qui favorisent la cohérence de la formation globale. Les syndicats doivent être encouragés à promouvoir et à négocier le droit aux opportunités d'éducation et de formation pour leurs membres. Le service public d'éducation et de formation professionnelle doit garder la maîtrise de la conception et de l'organisation de l'ensemble de la formation. 8. La formation professionnelle doit donner aux jeunes une formation et une éducation ouverte et de qualité, leur permettant à la fois d'obtenir une qualification reconnue par les milieux professionnels et de progresser vers d'autres niveaux de qualification soit par la formation initiale, soit par la formation continue. 9. Les autorités responsables de la politique, de la planification et de la mise en oeuvre du système de formation professionnelle doivent organiser la concertation entre les enseignants, les employeurs et les salariés sur l'évolution des formations et des diplômes. Les enseignants doivent jouer un rôle de premier plan dans l'élaboration des contenus et des programmes des formations professionnelles initiales. Recommandations 10. Les Etats doivent garantir à chaque citoyen tout au long de sa vie le droit à la qualification professionnelle et l'accès à un dispositif de formation professionnelle initiale ou continu. Ils organisent dans le système éducatif public, pour tous les jeunes qui le souhaitent, une formation professionnelle initiale de qualité assurant une qualification certifiée par un diplôme professionnel reconnu. 11. La formation professionnelle initiale doit être considérée comme une voie de formation et de réussite spécifique, égale en dignité aux voies générales et technologiques. Des passerelles éducatives sont organisées dans les deux sens entre les différentes voies de formation initiale, générale, technologique, professionnelle. Elles permettent aux jeunes d'atteindre le meilleur niveau de formation et de qualification en regard de leurs capacités et de leurs choix. Les enseignants de la voie professionnelle doivent bénéficier de la même considération, des mêmes garanties de statut, de rémunération et de service que les autres enseignants. 12. L'éducation professionnelle participe à la lutte pour l'égalité des chances et contre l'échec scolaire, culturel, économique et social. Elle assure, en outre, la promotion individuelle au plus haut niveau de qualification. 13. L'IE devrait souligner l'importance d'une formation professionnelle initiale de qualité pour les enseignants. L'éducation des enseignants du secteur professionnel devrait à la fois inclure: a. une connaissance et des compétences générales, b. une connaissance et des compétences professionnelles et c. une connaissance et des compétences pédagogiques. 14. Il faut affirmer le rôle des voies de formation professionnelle initiale dans la promotion des politiques éducatives, comme instrument de diversification du système éducatif et de démocratisation de l'accès à la qualification, de lutte pour l'égalité des chances. 15. La coopération entre les établissements publics et le monde du travail doit être encouragée selon des modalités diversifiées propres aux différents systèmes, et dans le respect des principes et missions du service public d'éducation. 16. Les enseignants doivent jouer un rôle essentiel dans la définition des programmes et des diplômes de formation professionnelle initiale en liaison avec les autres parties concernées. 17. Les pouvoirs publics doivent développer l'investissement dans la formation professionnelle initiale des jeunes et programmer les moyens de son développement.

Partagez cette page