Ei-iE

Nouvelle Déclaration de l’IE : «Les établissements scolaires doivent être des havres de paix»

Publié 3 décembre 2009 Mis à jour 23 septembre 2011

Attaques à l’acide sur des jeunes filles afghanes, coups de feu tirés d’une voiture ciblant les enseignants colombiens, assassinats de professeurs et d’étudiants universitaires irakiens, incendies volontaires d’écoles en Thaïlande : il ne s’agit là que de quelques exemples illustrant la recrudescence de la violence politique et militaire perpétrée à l’encontre du secteur de l’éducation. Exhortant la communauté internationale à protéger et à défendre l’éducation, l’IE a publié une Déclaration officielle intitulée : «Les établissements scolaires doivent être des havres de paix».

Cette déclaration se fait l’écho des revendications émises par les enseignants et les enseignantes et leurs syndicats à travers le monde en vue de garantir la protection de l’éducation lors des conflits ainsi que le respect des établissements scolaires en tant que havres de paix où les enfants, les jeunes et les adultes puissent bâtir des communautés saines. « Dans la plupart des pays du monde, les enseignants et les élèves n’ont pas à craindre de se faire abattre sur le chemin de l’école ou d’être victime d’une explosion lorsqu’ils pénètrent dans l’enceinte de leur établissement scolaire. En revanche, dans les pays en proie à des conflits et dans ceux où règne l’instabilité politique, leur vie est de plus en plus menacée par le simple fait d’aller aux cours », a déclaré le Secrétaire général de l’IE, Fred van Leeuwen. Les attaques à l’encontre de l’éducation se manifestent sous les formes suivantes, toutes plus scandaleuses les unes que les autres : bombardements et incendies des écoles, détention illégale, disparition, torture et assassinat des enseignants et des représentants syndicaux, enlèvement en vue de l’extorsion d’informations, engagement forcé des enfants dans l’armée, ou viols commis par les forces militaires. « Le degré d’atrocité de ces attaques est inimaginable et elles sont en recrudescence. Grâce à cette Déclaration, l’IE peut exercer la pression afin que de nouvelles mesures soient prises au niveau international en vue d’empêcher ces violations des droits humains et syndicaux fondamentaux, et de garantir la sûreté et la sécurité des enseignants et des élèves partout dans le monde », a déclaré Jan Eastman, Secrétaire générale adjointe de l’IE. La Déclaration de l’IE comprend sept articles, lançant chacun un appel à l’action auprès de la communauté internationale. Il s’agit de :

(Réaffirmer l’engagement à respecter le principe du droit à l’éducation en toute sécurité; Prendre des mesures concrètes en vue de protéger les élèves, les enseignants et enseignantes, le personnel universitaire, l’ensemble des autres membres du personnel de l’éducation et les infrastructures éducatives; Mettre fin à l’impunité qui entoure les actes de violence à l’encontre des élèves, des enseignants et enseignantes, du personnel universitaire, de l’ensemble des autres membres du personnel de l’éducation et des infrastructures éducatives; Renforcer le contrôle des attaques et les mesures pour mettre un terme à l’impunité; Accorder la priorité à l’action et échanger les expériences en termes de résilience et de reconstruction; Faire de l’éducation un agent de la paix; et Soutenir les campagnes de solidarité

Le texte intégral de la Déclaration ainsi que le guide qui l’accompagne sont disponibles sur le site Internet de l’Internationale de l’Education : www.ei-ie.org/healthandsafety.