Ei-iE

Ghana: la clé pour une éducation de qualité réside dans la capacité à motiver les enseignants à rester dans la profession

Publié 29 mars 2010 Mis à jour 29 mars 2010

Sous l’égide de leur Programme national sur l’EPT/SIDA, les syndicats d’enseignants du Ghana, GNAT et TEWU, ont convenu que le nombre d’enseignants qui quittent la profession chaque année représente un défi pour la réalisation de l’Éducation pour Tous au Ghana. Reconnaissant le fait que l’identification du problème constitue un facteur déterminant dans le traitement de ce problème, les syndicats ont sponsorisé une étude auprès d’enseignants, afin de mettre en lumière les raisons de cette désaffection. Ils ont présenté le mois dernier, les résultats de leur enquête sur les motifs qui poussent les enseignants à délaisser la profession.

Le Service de l’Éducation du Ghana estime que près de 10,000 enseignants quittent le secteur chaque année. Avec seulement 9000 nouveaux diplômés par an et une pénurie d’enseignants déjà existante, le secteur de l’éducation au Ghana doit consentir davantage d’efforts en vue d’encourager les enseignants à ne pas déserter les salles de classes.

L’étude a fait ressortir que les enseignants désireux de quitter la profession étaient en quête de meilleures conditions de travail, de salaires plus élevés ou souhaitaient poursuivre leurs études.

Alors que sur les dix enseignants sondés, 9 ont déclaré espérer poursuivre leurs études, près de deux tiers d’entre eux ont fort heureusement indiqué qu’ils réintègreraient le secteur éducatif. Cela signifie que de meilleures opportunités de développement professionnel et de formation en cours de service et une meilleure structure de l’échelle des salaires, pourraient être d’excellents facteurs incitatifs pour encourager les enseignants à rester dans l’enseignement.

Bien que la grande majorité des enseignants interrogés ait déclaré que son revenu net était insuffisant, deux fois plus d’enseignants ont réclamé de meilleures conditions de travail plutôt que des hausses de salaires. Selon le rapport : « les politiques, les stratégies et les mesures ont amélioré l’accès à l’éducation et augmenté la charge de travail. Pourtant en parallèle, les enseignants ne constatent aucune amélioration de leurs conditions de travail». Pour atteindre l’objectif d’une Éducation de qualité Pour Tous, il ne suffit pas de garantir l’accès à l’éducation aux enfants. Il faut également être attentif aux questions relatives à la rétention des enseignants dans la profession.

L’étude finalisée, l’accent se porte désormais sur le lobbying en faveur de politiques et de mesures pratiques, en vue d’inciter les enseignants à rester dans l’enseignement et de soutenir le travail de plaidoyer des syndicats en faveur de la qualité de l’éducation au Ghana.

Le rapport concernant le taux d’attrition des enseignants au Ghana est accessible à partir du site EPT/SIDA de l’IE.