Ei-iE

La communication et le partage, au cœur des avancées des réseaux de femmes de la région Asie-Pacifique

Publié 23 avril 2015 Mis à jour 27 avril 2015

L'importance du partage des réussites et des défis communs au regard des questions d'égalité des genres au sein des réseaux de femmes, des syndicats et des communautés, a une nouvelle fois été réaffirmée lors des réunions des réseaux de femmes organisées en Inde et en Malaisie par le Bureau Asie-Pacifique de l'Internationale de l'Education.

Inde: renaissance et partage

La deuxième réunion du Comité pilote du Réseau des femmes d'Asie du Sud de l'IE (SWN), organisée du 28 février au 2 mars à New Delhi, en Inde, a réuni sept membres du Comité provenant des All Indian Federation of Teachers Organisations(AIFTO) et de la All India Primary Teachers Federation(AIPTF), en Inde, de la Central Organization of Teachers(COT), au Pakistan, du Joint Sri Lanka Women Teacher's Network(JSLWTN), au Sri Lanka, de la Nepal Teachers Association(NTA) et de la Nepal National Teachers Association(NNTA), au Népal: tous des affiliés de l'Internationale de l'Education (IE).

Cette rencontre avait principalement pour objectif de faire renaître le réseau de femmes dans la sous-région d'Asie du Sud. Shashi Bala Singh, Coordinatrice régionale principale de l'IE pour la région Asie-Pacifique, a présenté l'historique de la structure du SWN en soulignant les forces et les précédentes actions proactives du réseau.

Astrid Thomassen de l' Union of Education Norway, a également mis en lumière les attentes et les objectifs en matière de coopération au développement. « Les indicateurs de développement et les informations recueillies auprès des membres sur l'égalité des genres revêtent une importance capitale pour les organisations qui souhaitent aller de l'avant et fonctionner de façon indépendante et durable à l'avenir », a-t-elle expliqué.

Communication

En outre, les participant(e)s se sont penché(e)s sur les différentes façons de partager et de diffuser les informations auprès de leurs organisations respectives, par le biais d'outils tels que des sites Web, des brochures, Facebook ou encore des publications.

Il a également été convenu de mettre au point des plans d'action autour du partage des réussites et des défis communs en matière d'égalité des genres au sein du réseau de femmes, des syndicats et de la communauté de la sous-région.

Le recrutement et la rétention de jeunes femmes parmi les effectifs et la direction des syndicats, la mise en place d'un réseau de femmes actif et fonctionnel, la sensibilisation des femmes à leurs droits, et leur protection contre le harcèlement au sein de la société, à la maison et au travail, résident au cœur des priorités communes du SWN.

Malaisie: recrutement de jeunes femmes au sein des syndicats et identification des programmes venant renforcer le réseau de femmes

A Kuala Lumpur, en Malaisie, le Comité pilote du Réseau de femmes de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (ANASE) s'est réuni du 26 au 28 mars afin de rétablir le réseau. Cette rencontre a pu compter sur la présence de onze participant(e)s provenant de syndicats de cinq pays différents, dont la Cambodia Independent Teachers Association(CITA) et la National Educators' Association for Development (NEAD), pour le Cambodge, la Teachers' Association of the Republic of Indonesia(PGRI), en Indonésie, le National Union of the Teaching Profession(NUTP) et le Sarawak Teachers Union(STU), en Malaisie, l' Alliance of Concerned Teachers(ACT), la Federation of Free Workers-Trade Federation VIII(FFW), la Teachers' Organisation of the Philippine Public Sector(TOPPS) et la National Alliance of Teachers and Office Workers(SMP-NATOW), aux Philippines, et enfin la Private School Teachers' Association of Thailand(PSTAT), en Thaïlande.

L'aide financière insuffisante ayant réduit l'ANASE au silence ces deux dernières années, cette réunion avait donc pour objectif de discuter des différents moyens permettant non seulement de faire renaître le réseau, mais aussi de partager et de diffuser des informations. Les participant(e)s se sont également penché(e)s sur un budget réaliste, ainsi que sur des prévisions temporelles, concrètes, attribuables, mesurables et spécifiques. Les activités planifiées pendant la réunion seront mises en œuvre, tant conjointement qu'individuellement, à l'échelle nationale et sous-régionale.

Autonomisation et objectifs proactifs

Les participant(e)s ont en outre débattu de la coopération Sud-Sud et de la durabilité du réseau, avec ou sans aide. L'autonomisation des femmes et la promotion à long terme de l'égalité des genres, tout comme les stratégies visant à recruter les jeunes femmes au sein des syndicats et à identifier les programmes venant renforcer l'ANASE, comptaient également parmi les principaux objectifs de la réunion.

Au terme de ces trois jours, un planning prévisionnel réalisable a été élaboré, répartissant les responsabilités entre les membres du Comité.

Les décisions prises seront soumises à Pathma Krishnan, Coordinatrice de l'IEAP, et en permanence diffusées sur les réseaux sociaux, tels que Facebook, Twitter ou encore WhatsApp.

« Pendant la réunion du comité, le partage d'expériences a été reconnu comme un outil stratégique. Prenons l'exemple du Cambodge, où les enseignantes et enseignants gagnent environ 56 € par mois et se voient contraints de prendre deux ou trois emplois afin de pouvoir subvenir aux besoins de leur famille. Aux Philippines, ils migrent vers d'autres pays dans l'espoir de poursuivre leur carrière dans le domaine de l'éducation ou de travailler comme aides à domicile », a déclaré Pathma Krishnan.