Ei-iE

Le Président d’Afrique du Sud renonce à la hausse des frais d’inscription à l’université

Publié 23 octobre 2015 Mis à jour 26 octobre 2015

Le Président Jacob Zuma est revenu sur sa décision d’augmenter les frais d’inscription en 2016 suite aux importantes manifestations étudiantes qui ont eu lieu dans tout le pays en opposition à la proposition d’augmentation de 11,5 pour cent.

Les protestations, appelées les plus importantes depuis la fin de l’apartheid, ont pris d’assaut l’Afrique du Sud cette semaine au moment où les étudiant(e)s se font entendre pour montrer leur opposition au plan du gouvernement d’augmenter les frais d’inscription à l’université de 11,5 pour cent l’année prochaine. De nombreuses manifestations ont débordé et se sont terminées en affrontement avec la police.

Le South African Democratic Teachers’ Union a apporté son soutien par le biais d’une forte déclaration appelant le gouvernement à rendre l’enseignement supérieur accessible à tous.

« Nous appelons le Département de l’enseignement supérieur à prendre la tête pour mettre en place une structure tarifaire pour les institutions tertiaires », dit la déclaration. «  Nous ne pouvons pas nous permettre une situation où l’Afrique du Sud, en tant que pays en voie de développement, possède des universités qui sont gérées comme des entreprises et qui exclut donc la majorité de la population d’accéder au droit qui les éloignerait de la pauvreté. »

Basil Manuel, Président de la National Professional Teachers’ Organisation of South Africa, a déclaré que « nous devons mettre fin à cette affreuse culture du sacrifice de l’éducation de nos enfants à chaque fois que le gouvernement échoue » en réponse à l’annonce du gouvernement qui souhaite diminuer les subsides versés à l’enseignement supérieur.

L’augmentation des frais d’inscription et du coût des livres ont mis une pression financière sur les étudiant(e)s. Ils/Elles sont nombreux à avoir du mal à joindre les deux bouts dans un pays qui connait de grands écarts de richesse.