Ei-iE

En Indonésie, les syndicalistes enseignant(e)s s’engagent pour la réalisation des nouveaux objectifs de développemen

Publié 16 novembre 2015 Mis à jour 18 novembre 2015

Un mois après leur adoption, les membres du syndicat de l'enseignement Persatuan Guru Republik Indonesia ont débattu des moyens de faire progresser les priorités mondiales, tout spécialement les objectifs de développement pour l’après 2015 centrés sur l’éducation et la dimension de genre.

Le bureau régional Asie-Pacifique (IEAP) de l’Internationale de l’Education (IE) a organisé les 29 et 30 octobre à Jakarta un atelier de développement des capacités sur le thème de la « promotion des priorités mondiales de l’après 2015 en matière de genre, axée principalement sur objectifs de développement durable (ODD) 4 et 5 ». Cet atelier a rassemblé 25 participant(e)s du Persatuan Guru Republik Indonesia(PGRI) issu(e)s des régions de Java occidental, Java central et Yogyakarta.

« Malgré de nombreux fossés culturels et religieux, les participantes et participants ont fait preuve de maturité et de courage pour garantir que tous les enfants indonésiens aient accès à l’éducation publique gratuite et de qualité », a souligné la Coordinatrice régionale de l’IE Pathma Krishnan.

L’atelier avait pour objectifs:

  • la sensibilisation à l’objectif 4 - assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie - et à l’objectif 5 - parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles;
  • le développement de stratégies visant à promouvoir la participation des jeunes et l’égalité des genres;
  • la prise en charge de toutes les actions nécessaires à la mise en œuvre efficace de l’agenda et des objectifs pour l’après 2015;
  • l’autonomisation des femmes et des filles dans les syndicats, l’éducation et la société; et
  • un débat sur les stratégies et les activités pour faire de l’objectif d’éducation un objectif à part entière.

Krishnan a ouvert l’atelier par une présentation de l’objectif 4. Les groupes ont discuté des stratégies et les ont présentées. Les participant(e)s ont fait remarquer qu’elles doivent être applicables par l’IE et le PGRI.

L’une des stratégies porte notamment sur les moyens d’organiser le plaidoyer, de faire campagne et de collaborer pour assurer que l’objectif 4.1 - D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent, sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité, qui débouche sur un apprentissage véritablement utile - s’intègre dans le travail en cours du PGRI. Les participant(e)s ont suggéré des moyens d’encourager les gouvernements locaux, aux niveaux provincial, des districts et des villes, dans l’attribution des fonds nécessaires à une éducation gratuite aux niveaux primaire et secondaire.

Le deuxième jour, Krishnan a présenté l’objectif 5. Après un travail de groupe sur les stratégies et les activités, les participant(e)s ont reconnu la nécessité d’un plaidoyer, de campagnes et d’une collaboration avec toutes les parties prenantes pour assurer un niveau élevé de sensibilisation sur la violence à l'égard des femmes et des filles dans les espaces publics et privés, le trafic et l’exploitation sexuelle, le harcèlement et les autres types de violence. L’activité prévue consiste à encourager le gouvernement à prévoir des structures répondant aux besoins des femmes et des filles dans les espaces publics et privés, comme des zones d’allaitement, des salles de jeux sûres pour les enfants, des toilettes et des vestiaires, ou des moyens de transports publics sûrs.

Les thèmes couverts par les objectifs 4 et 5 sont des problèmes toujours d’actualité dans le pays, a-t-elle déclaré, ajoutant que les participant(e)s se sont montré(e)s enthousiastes et ont estimé que le PGRI, le gouvernement et les autres parties prenantes doivent travailler de concert et surveiller de près les progrès réalisés dans le cadre des objectifs 4 et 5.