Ei-iE

Journée mondiale contre le travail des enfants: Rejoignez la lutte !

Publié 4 juin 2010 Mis à jour 11 juin 2018

Une nouvelle publication de l’IE, rédigée en collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT) et intitulée « Droit au but… éliminons le travail des enfants », sera présentée le 12 juin à l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants.

Selon les estimations de l’OIT, plus de 200 millions d’enfants travaillent dans le monde. Plus de 100 millions d’entre eux travaillent dans des conditions jugées extrêmement dangereuses, où leurs droits fondamentaux sont ignorés et leur dignité bafouée.

La publication traduit la forte conviction des affiliés de l’IE que l’éradication du travail des enfants passe par la réalisation de l’objectif d’une éducation de qualité pour tous. Le Secrétaire général de l’IE Fred van Leeuwen insiste sur le rôle des enseignants dans le maintien des enfants à l’école:

« Les enseignants sont des acteurs primordiaux dans les efforts entrepris pour réintégrer des enfants à l’école et réduire le nombre de ceux qui labandonnedes initiatives et des synergies actuelles en faveur de l’éradication du travail des enfants et de leur maintien à l’école. Les organisations d’enseignants travaillent en partenariat avec d’autres organisations de la société civile et avec des institutions nationales et internationales concernées par la lutte contre le travail des enfants. »

Les enfants iront davantage à l’école si l’enseignement qui leur est dispensé est adapté et s’il y a apprentissage.

Outre des enseignants qualifiés et formés de manière professionnelle, les facteurs suivants sont nécessaires pour mettre fin au travail des enfants: « … un environnement scolaire sain, sûr et amical, un chemin sûr vers et depuis l’école, des programmes et un accès aux écoles adéquats, notamment dans les zones rurales, sont essentiels pour lutter contre le travail des enfants et scolariser les enfants, en particulier les filles. »

« Droit au but… éliminons le travail des enfants » propose deux activités concrètes que vous et vos élèves pouvez réaliser autour de cette Journée mondiale contre le travail des enfants.

La première activité tend à aider les enfants à appréhender le phénomène du travail des enfants. Certaines des activités proposées conviennent à des enfants de plus de 14 ans, tandis que les autres ont été spécialement conçues pour des enfants plus jeunes.

La seconde activité baptisée « Carton rouge au travail des enfants ! » est en rapport avec la Coupe du monde de football, qui se déroulera en juin et juillet en Afrique du Sud. De la même manière que les arbitres brandissent des «cartons rouges» durant les matchs de football pour expulser un joueur, les élèves brandiront des «cartons rouges» pour attirer l’attention du public sur les conséquences désastreuses du travail des enfants.

La publication conseille également aux enseignants de parler à leurs élèves de thèmes tels que la sportivité, le respect et l’inclusion, pas uniquement dans le contexte du sport, mais dans la société en général.

Les activités aident les enseignants et leurs élèves à aborder la question des droits de l’enfance et de ce que signifie le droit à l’éducation. La publication attirera également leur attention sur la multitude d’enfants exploités dans les industries manufacturières et dans d’autres secteurs, y compris celui de la production d’articles de sport.

L’année 2010 marque le dixième anniversaire de l’entrée en vigueur de la convention n° 182 de l’OIT sur les pires formes de travail des enfants, la convention internationale du travail la plus largement ratifiée. Il reste six ans pour réaliser l’objectif mondial d’éradication des pires formes du travail des enfants. Bien que le mouvement mondial ait enregistré des progrès considérables dans la réduction de l’incidence du travail des enfants, les efforts doivent être renforcés si nous voulons parvenir à un monde exempt des pires formes du travail des enfants d’ici 2016.

Pour relever ce défi, l’IE a collaboré avec l’OIT, l’UNICEF, la Banque mondiale et le ministère néerlandais des affaires sociales et de l’emploi dans le cadre de la Conférence mondiale sur le travail des enfants, qui s’est déroulée à La Haye les 10 et 11 mai afin d’adopter la Feuille de route pour parvenir à éradiquer les pires formes du travail des enfants d’ici 2016.

Cet article a été publié dans Mondes de l’Éducation, No 34, juin 2010.