Ei-iE

Résolution: Pour la libération immédiate de six enseignants injustement emprisonnés à Djibouti

Publié 2019-09-25 Mis à jour 2019-09-25

Le 8ème Congrès Mondial de l’Internationale de l’Education, réuni à Bangkok, Thaïlande, en juillet 2019:

1. L’Internationale de l’Éducation (IE) et le Comité syndical francophone de l’éducation et de la formation (CSFEF) ont été informés de l’emprisonnement sans jugement de six enseignants djiboutiens le 17 juin 2019. Une enseignante qui a exprimé son soutien envers ses collègues a également été arrêtée, si elle a évité la prison, c’est uniquement parce qu’elle est enceinte.

2. Les accusations du ministère de l’éducation nationale ont varié au cours du temps : d’abord accusés d’avoir divulgué des sujets du bac, les six enseignants se voient désormais reprochés d’avoir vendu de faux sujets de bac. Ces enseignants, dont quatre sont des militants syndicaux, qui exercent leur métier avec sérieux et compétence dans les lycées de Djibouti, nient ces accusations qui portent gravement atteinte à leur probité professionnelle.

3. Malgré une décision de libération provisoire prononcée par la justice le 24 juin, confirmée par le juge d’instruction le 18 juillet, six enseignants sont toujours en détention dans la sinistre prison de Gabode, sans doute sur intervention directe du ministre de l’éducation nationale. En outre, les sept enseignants font l’objet d’une procédure disciplinaire qui pourrait mener à leur radiation pure et simple.

4. Aux côtés des deux syndicats affiliés de l’IE à Djibouti, SEP et SYNESED, ainsi que de la Ligue djiboutienne des droits de l’homme (LDDH), de l’Observatoire djiboutien pour la promotion de la démocratie et des droits humains (ODDH) et de l’Union djiboutienne des travailleurs (UDT),

Le 8e congrès de l’Internationale de l’Éducation, réuni à Bangkok du 21 au 26 juillet

5. apporte son soutien à :

M. Mohamed Samireh, professeur d’économie,M. Abdoul-Mahin Hassan, professeur d’économie,M. Youssouf Mohamed Hamid, professeur de philosophie,M. Moussa Djama Ali, professeur d’histoire-géographie,M. Abdourazak Ibrahim, professeur de mathématiques,M. Kassim Abdoulkader, professeur de mathématiques ,Mme Oumalkhaire Farah Robleh, professeure de philosophie

6. demande, conformément aux différentes décisions des juges, la libération immédiate des six enseignants emprisonnés depuis plus d’un mois.

7. demande l’arrêt des poursuites, leur retour au travail sans sanction et le rattrapage de leur salaire suspendu.

8. condamne toute atteinte aux libertés syndicales : l’activité syndicale doit être un droit partout dans le monde. Les syndicats doivent pouvoir défendre les travailleurs sans être inquiétés, les responsables syndicaux en particulier ne doivent pas être sanctionnés dans l’exercice de leurs activités syndicales.