Ei-iE

« Le leadership enseignant après une pandémie #1 : le bilan », par Ben Owens.

Publié 27 mai 2020 Mis à jour 27 mai 2020
Écrit par:

« Avec la fermeture des bâtiments scolaires, nous observons que la connaissance trouve des chemins pour circuler, même si les routes traditionnelles sont fermées. » – Grant Lichtman --

Cette citation est extraite d’un récent article récent (en anglais) qui met en évidence la manière dont la notion de « flux», une force universelle de la nature, s’applique aussi à la connaissance et à l’information, en particulier au beau milieu d’une pandémie mondiale. Alors que la COVID-19 a perturbé les écoles du monde entier, le flux de connaissances n’a non seulement pas cessé, mais s’est accéléré ! Comme l’eau s’écoulant des fissures d’un rocher, les parties prenantes de l’éducation trouvent de nouvelles manières de se connecter et d’échanger les informations dont elles ont besoin et, souvent, les enseignant·e·s sont à l’initiative, ouvrant de nouvelles voies pour relier les élèves, les familles et les collègues.

Alors qu’aucune tentative de réforme n’avait pu le faire, cette crise a suscité un niveau sans précédent de volonté publique de changement. Les parents et les aidant·e·s ont vu apparaître sur leur table de cuisine les artefacts d’un modèle scolaire archaïque d’une façon qu’ils avaient peut-être considérée comme acquise auparavant. De ce fait, ils réclament aujourd’hui que l’on abandonne une structure artificielle d’éducation pour se tourner vers quelque chose de plus pertinent et adapté à l’avenir de l’apprentissage et du travail.

La bonne nouvelle est que d’innombrables enseignant·e·s intensifient leurs efforts pour exploiter le flux de connaissances générées par la crise et, ce faisant, il·elle·s entraînent une véritable transformation de l’éducation. Plutôt que d’attendre des orientations ou des réponses des instances hiérarchiques traditionnelles, qui ont trop longtemps dominé le débat, ces dirigeant∙e∙s enseignant∙e∙s s’engagent activement dans des partages collaboratifs avec leurs pairs des quatre coins du monde, donnant ainsi un coup d’accélérateur au changement tel que nous n’en avons jamais connu. Le leadership enseignant s’accélère. Et le génie ne retournera pas dans la lampe !

Aussi terrible que soit la crise actuelle, la connectivité radicale et le libre partage d’idées, de connaissances et de ressources qui en a résulté me rendent optimiste. Nous pourrions être en passe de parvenir au point charnière que nous recherchons depuis longtemps pour enfin transformer nos systèmes d’éducation et passer d’un modèle clos, industrialisé, à un modèle plus flexible et plus réactif pour nos élèves et nos communautés. Le fait qu’autant d’enseignant·e·s prennent l’initiative de chercher de nouveaux modes de connexion et de trouver des réseaux qu’il·elle·s n’auraient jamais envisagés dans le passé crée un niveau sans précédent de collaboration au niveau de la base. Cette collaboration leur permet de voir la valeur intrinsèque d’un échange ouvert d’informations et leur permet de diriger un changement localisé et axé sur l’élève.

Des dirigeant∙e∙s enseignant∙e∙s comme Shannon, enseignante dans le secondaire à Raleigh, en Caroline du Nord, qui collabore avec un collègue pour créer un webinaire Design for Change(en anglais) pour les élèves sous le hashtag #DoGoodFromHome. Des dirigeant∙e∙s comme Tellania, professeure de mathématiques dans le secondaire en Oklahoma, qui a créé et partagé un projet virtuel destiné aux élèves pour exploiter les données de recensement des États-Unis.Et des dirigeant∙e∙s comme Chris, éducateur et coach travaillant en partenariat avec les écoles publiques de Cincinnati, en Ohio, pour fournir du contenu aux élèves par l’intermédiaire d’une série de vidéos baptisée Science Around Cincy(en anglais), qui est non seulement disponible en ligne, mais est également diffusée par les opérateurs de télévision locaux, réduisant ainsi les obstacles pour les ménages qui ne disposent pas d’un accès haut débit.

Dans notre document d’orientation, nous épinglons quelques exemples (parmi de très nombreux autres) d’enseignant·e·s qui n’attendent pas qu’on leur dise d’innover. Nous montrons comment des dirigeant∙e∙s enseignant∙e∙s collaborent, partagent et mélangent leurs idées de sorte que davantage d’élèves puissent bénéficier du type d’enseignement stimulant et pertinent que chaque jeune mérite, nous le savons. Et à mesure que de plus en plus d’enseignant·e·s se démarquent pour faire preuve de cet authentique leadership, nos institutions traditionnelles sont contraintes de prendre une décision essentielle : soit nous nous rallions à cette innovation venant de la base et à ce leadership collectif, soit nous nous heurtons à la réalité brutale du manque de pertinence. Le flux est en route !

Certes, un changement culturel et systématique n’est jamais aisé, en particulier dans un environnement où des tests aux enjeux élevés entraînent une réticence à l’égard de la prise de risques, mais la crise actuelle a mis en évidence la capacité des enseignant·e·s de puiser dans le réseau d’innovation comme jamais auparavant. Plutôt que d’attendre la permission, les enseignant·e·s prennent l’initiative de ce changement en reconfigurant leur boussole, en s’écartant d’un modèle hiérarchisé fermé pour se tourner vers un modèle ouvert aux possibilités illimitées. Ce faisant, il·elle·s démontrent que chacun·e dans nos communautés d’apprentissage est capable d’innover. Des enseignant·e·s qui peuvent avoir passé leur carrière dans un isolement relatif ou dont les idées ont été broyées par les lourdeurs bureaucratiques se connectent aujourd’hui à leurs pairs du monde entier pour partager et adapter des idées collectives à leur propre contexte. Que ce soit un·e enseignant·e qui en est à sa première année de carrière ou un vétéran blanchi sous le harnais, lorsqu’il·elle·s collaborent, proposent des idées, échangent ce qui fonctionne à l’échelle où nous l’observons aujourd’hui, il·elle·s conduisent le changement positif que réclame la société dans cette crise.

C’est ce que nous rappelle également Grant dans Good Ideas, Shared More Often, Drive Change(en anglais). Nous sommes sur le point de créer un écosystème éducatif plus ouvert. Le leadership enseignant qui a vu le jour ne peut pas être arrêté, ni maintenant ni quand nous retrouverons nos établissements scolaires. Il est le catalyseur qui, selon moi, nous aidera à enfin surmonter l’inertie institutionnelle du statu quo pour transformer nos écoles en des environnements puissants axés sur les élèves, que nous savons réalisables.

--

Note : Cet article est l’un des trois extraits de « Teacher Leadership in the Aftermath of a Pandemic: The Now, The Dance, The Transformation», de Barnett Berry, Armand Doucet et Ben Owens. Vous pouvez lire les deux autres extraits ici : « Le leadership enseignant après une pandémie #2 : tirer les leçons», par Barnett Berry et « Le leadership enseignant après une pandémie #3 : aller de l’avant», par Armand Doucet.

Le contenu et les avis exprimés dans ce blog sont ceux de son auteur et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Internationale de l’Education.