Ei-iE

Haïti : appui financier à une formation syndicale sur l’enseignement et l’apprentissage à distance

Publié 9 novembre 2020 Mis à jour 12 novembre 2020

Des affiliés haïtiens ont bénéficié du Fonds de solidarité COVID-19 de l’Internationale de l’Éducation afin de mettre en place des formations pour que les enseignant∙e∙s soient en mesure d’enseigner à distance.

La Konfederasyon Nasyonal Anseyan Dayiti(CNEH), l’Union Nationale des Normaliens d'Haïti (UNNOH) et l’Union Nationale des Normaliens/Normaliennes et Éducateurs/Éducatrices d’Haïti (UNNOEH) ont pu organiser avec le soutien financier de l’Internationale de l’Éducation et de la Centrale des syndicats du Québec/Canada d’une formation à l’utilisation des outils facilitant le pilotage de l’éducation à distance.

Cette activité, réalisée à Port-au-Prince, s’est déroulée en plusieurs étapes :

  • Tout d’abord, l’élaboration de module de formation, du 26 juillet au 5 août. Elle a permis aux dirigeant∙e∙s des syndicats de valider le document de la formation en fonction des attentes exprimées par le projet.
  • Ensuite, la session de formation a eu lieu du 13 au 15 août, à l’intention de 60 enseignant∙e∙s, dont 20 de chaque syndicat.
  • Enfin, la création de sites Internet au bénéfice des syndicats affiliés à l’Internationale de l’Éducation en Haïti. Celle-ci a débuté en même temps que le développement des modules de formation.

Résultats très positifs pour les syndicats suite à la formation

Comme prévu, cette activité de formation a mis une équipe de formateur∙trice∙s des différents syndicats en capacité d’assurer la formation des enseignant∙e∙s membres des trois syndicats impliqués dans ce projet dans la maitrise des outils technologiques, en vue de piloter un dispositif pédagogique à distance.

Au-delà de cet objectif, les résultats enregistrés à l’issue de cette formation ont grandement contribué au renforcement des syndicats. Cette formation doit leur permettre d’améliorer considérablement leur dispositif de communication, par une meilleure exploitation des ressources numériques et des réseaux sociaux à des fins de communication et de mobilisation. Pour l’UNNOH par exemple le site internet est en cours de création. La maitrise du numérique a permis aussi d’assurer une plus grande audience aux activités syndicales, notamment lors de la célébration de la journée mondiale des enseignant∙e∙s en direct le 5 octobre sur la page Facebook de l’UNNOEH.

Un recours pressant aux technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement

Le document de la formation rappelle qu’avec l’apparition du premier cas de COVID-19, le gouvernement haïtien a décrété l’état d’urgence sanitaire sur tout le territoire et procédé, du même coup, à la fermeture de tous les établissements scolaires, professionnels et universitaires en date du 19 mars : « Ainsi, 60 % des écoles et centres de formation sont fermés pour éviter la propagation de la pandémie de COVID-19 et ce sont des millions d’élèves et étudiants qui sont concernés selon l’UNESCO. Le monde va passer au mode virtuel. L’école n’y échappera pas. La formation à distance est devenue la solution alternative pour assurer la continuité des activités scolaires dans quasiment tous les pays. De ce fait, certains de nos établissements scolaires et universitaires, tant bien que mal, ont décidé de prendre ce chemin avec toutes les lacunes et complexités que cela demande en contexte haïtien. C’est dans cette logique que des organisations syndicales œuvrant dans le milieu de l’enseignement ont pris l’initiative de doter des enseignants-membres d’outils et de ressources numériques – pédagogiques – pour faire face à ces nouveaux défis dans le système éducatif. »

Quatre millions d’élèves et plus de 150.000 enseignant∙e∙s doivent s’adapter à l’éducation à distance

Le document explique par ailleurs que « dans ce contexte difficile et délétère, environ quatre millions d’élèves et plus de 150.000 enseignants vont emboiter les pas vers la nouvelle réalité de l’école haïtienne marquée par des épisodes répétés de « pays lock » (fermeture de pays) et de la COVID-19. L’école doit s’adapter. Mieux encore, les enseignants doivent s’adapter. »

Il liste aussi les enjeux de la formation à distance en Haïti suivants :

  • Infrastructures technologiques inexistantes.
  • Faible bande passante (connexion Internet) et prix exorbitant.
  • Manque d’accès à l’électricité.
  • Absence de politique d’intégration des technologies de l'information et de la communication à l’école.
  • Manque de maitrise des outils informatiques ou absence de formation à l’usage des technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement.

UNNOH : des participant∙e∙s à la formation très intéressé∙e∙s par la découverte d’outils d'enseignement à distance

Lors des ateliers de formation, les participant∙e∙s ont été très intéressé∙e∙s par la découverte d’outils d'enseignement en ligne, comme par exemple Meet, Zoom ou Google Classroom, a indiqué Mona Bernadel, secrétaire aux affaires juridiques de l’UNNOH.

Elle a néanmoins identifié l'accès aux matériels, à l'électricité, à un internet haut débit comme étant les obstacles principaux à la mise en œuvre d’un enseignement à distance qui fonctionne.

De plus, elle a mis en garde contre le décrochage scolaire, le découragement, le manque de motivation et l'abandon scolaire qui peuvent être plus grands dans l'apprentissage à distance.

Pour Bernadel, les prochaines étapes seront de :  doter les enseignant∙e∙s de matériels adaptés, continuer la formation afin de toucher un plus grand nombre d’enseignant∙e∙s et leur donner plus d'accès aux modules de formation.

UNNOEH : Duplication de la formation auprès des comités de base dans les différentes régions du pays

Georges Wilbert Franck, coordonnateur de l’UNNOEH, s’est de son côté réjoui du fait que plusieurs des participant∙e∙s sont en train de mettre en œuvre les acquis de la formation. Il∙Elle∙s commencent à mettre leurs compétences au service de certaines directions d'école en les accompagnant dans la mise œuvre d'un dispositif permettant l’utilisation de plateformes d'enseignement en ligne. Aux Gonaïves notamment, une formation a déjà été organisée par des enseignant∙e∙s ayant participé à la formation.

Dans le cadre du suivi de ce projet, les participant∙e∙s à la formation sont en train de dupliquer celle-ci auprès des comités de base dans les différentes régions du pays.

Par ailleurs, au niveau technique, il a ajouté que des enseignant∙e∙s contournent des carences en matériels informatiques en utilisant leurs téléphones portables.