Ei-iE

Australie : les syndicalistes de l'éducation des aborigènes et des insulaires du détroit de Torres soulignent la nécessité d'un soutien collégial et professionnel dans l'enseignement public

Publié 18 décembre 2020 Mis à jour 5 janvier 2021

Les Aborigènes et les insulaires du détroit de Torres membres de l'Australian Education Union (AEU) ne bénéficient que de peu ou pas de soutien collégial et professionnel de la part de leur employeur dans le système d'enseignement public. C’est pour cela qu’il·elle·s profitent des occasions de rencontrer d’autres enseignant·e·s et travailleur·euse·s aborigènes et insulaires du détroit de Torres dans le secteur de l’éducation et de la formation. Nombre de ces possibilités sont offertes par l’AEU.

Ces résultats font partie des conclusions d’une récente enquête nationale menée auprès des membres aborigènes et insulaires du détroit de Torres de l’AEU sur leurs perceptions et expériences du racisme sur le lieu de travail. 

La nécessité de cette enquête a été identifiée par le Yalukit Yulendj, le comité national d’éducation des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres de l’AEU. Cette enquête faisait suite à de nombreux rapports rédigés au fil des ans par les membres aborigènes et insulaires du détroit de Torres sur leurs expériences directes et indirectes du racisme sur le lieu de travail. L’AEU avait également constaté l’absence de données nationales spécifiquement axées sur le personnel éducatif des aborigènes et des insulaires du détroit de Torres.

Expériences directes et indirectes du racisme sur le lieu de travail

Au total, 399, soit 16 % des membres aborigènes et insulaires du détroit de Torres de l’AEU ont répondu à l’enquête, qui visait à recueillir des preuves sur la façon dont les travailleur·euse·s de l’éducation publique aborigènes et insulaires du détroit de Torres en Australie perçoivent et vivent le racisme sur leur lieu de travail et dans le système en général. 

L’enquête visait à évaluer les perceptions et les expériences des membres quant à la mesure dans laquelle le racisme se manifeste dans les contextes et situations de travail interdépendants suivants :

  • Lieu de travail — perceptions et expériences sur le lieu de travail actuel
  • Professionnel — perceptions et expériences de soutien et de structures professionnels
  • Personnel — perceptions et expériences des événements et impacts personnels
  • Collègues — perceptions et expériences des événements sur les collègues et impacts
  • Systèmes — perceptions et expériences de la réactivité des systèmes

Demande de stabilité et de soutien systémiques

L’une des principales conclusions de l’enquête est que si la plupart des éducateur·trice·s aborigènes et insulaires du détroit de Torres se sentent accueillis et respectés sur la plupart des lieux de travail, ce n’est pas le cas de TOU∙TE∙S les éducateur·trice·s aborigènes et insulaires du détroit de Torres. L’une des raisons de cette situation est le manque de soutien systémique stable et cohérent pour les programmes et les employé·e·s aborigènes et insulaires du détroit de Torres.

Bien qu’il existe une série d’engagements politiques en faveur des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres et de programmes au sein du système d’enseignement public à un moment donné, leur mise en œuvre n’est pas systématiquement intégrée. Au contraire, la mise en œuvre de la politique d’éducation et de formation des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres dépend largement des circonstances, des personnalités individuelles, de certains lieux et de l’engagement individuel des personnes occupant des postes de direction ou de gestion rémunérés. 

Impact de l’AEU

Dans de nombreux États et territoires, l’AEU, ses filiales et ses organismes associés apportent le soutien nécessaire. En fait, l’AEU est l’une des seules organisations du secteur de l’éducation à réunir régulièrement des groupes d’enseignant·e·s, de directeur·trice·s et de professionnel·le·s du soutien à l’éducation aborigènes et insulaires du détroit de Torres pour des discussions professionnelles et collégiales.

L’AEU est une entité nationale, organisée, et qui se fait entendre, a expliqué Merv King, un Waanyi et membre du Queensland Teachers’ Union affilié à l’AEU. « Depuis que je suis devenu membre, j’ai eu l’occasion de faire part de mes opinions et de mes préoccupations sur la manière dont nous pouvons améliorer les conditions d’emploi des travailleurs et travailleuses aborigènes et insulaires du détroit de Torres dans l’éducation. Pour tous les travailleurs de l’éducation. Et des résultats peuvent être obtenus. Par l’intermédiaire des syndicats, cela est vraiment possible. » 

Un exemple récent s’est produit au cours des premiers jours de la pandémie de COVID-19. Réalisant qu’il y avait très peu de politique gouvernementale sur le statut des travailleur·euse·s vulnérables, King a fait part de ses préoccupations aux syndicalistes au niveau des États et au niveau fédéral. La direction du syndicat a réagi en faisant part de ces préoccupations aux plus hauts niveaux du gouvernement et le problème a été rapidement résolu.