Ei-iE

Réunion du CRAIE 2021 : Un appel à l'action pour défendre l'éducation et les droits des éducateurs

Publié 2021-02-25 Mis à jour 2021-02-25

Réunion du CRAIE 2021 : Un appel à l'action pour défendre l'éducation et les droits des éducateurs

Ce sont les déclarations mises en exergue par le Dr Koumbou Boly Barry, Rapporteure Spéciale des Nations Unies sur le droit à l'éducation et David Edwards, Secrétaire général de l'IE. La Rapporteure Spéciale des Nations Unies s'est adressé au Comité Régional Africain de l'IE (CRAIE) sur le thème "Garantir le droit à l'éducation en Afrique pendant et après la crise de la COVID-19". Le Secrétaire Général de l'IE quant à lui s'est adressé au Comité sur les "Tendances mondiales de l'éducation".

La Rapporteure Spéciale des Nations Unies a insisté sur le fait que le rôle de l'enseignant est indispensable, et sur la nécessité d'écouter les enseignants et de renforcer leurs capacités afin de garantir une éducation de qualité.   Elle a lancé un appel sur la nécessité d'un dialogue multidimensionnel impliquant des secteurs majeurs tels que l'agriculture, la finance et la santé, qui ont un impact sur les élèves. Elle a également évoqué la nécessité d'organiser les familles et les communautés afin de soutenir l'apprentissage tout en respectant et en motivant les enseignants.

Le Secrétaire général de l'IE, David Edwards, a indiqué que les tendances mondiales en matière d'éducation se caractérisaient par des réductions des budgets de l'éducation, une diminution de l'aide au développement, une intensification de la commercialisation et de la privatisation de l'éducation, une stagnation des progrès en matière d'éducation des filles, des fermetures des écoles et des confinements, ainsi que des licenciements imminents des enseignants de l'Éducation de la Petite Enfance (EPE) et des établissements d'enseignement supérieur. Ces tendances, a-t-il déclaré, ne sont pas nouvelles mais s'inscrivent dans un nouveau contexte et pour les inverser, il faut vacciner tout le monde contre la COVID -19, promouvoir l'instruction en présentiel, mettre un terme aux privatisations, et défendre la démocratie.  Il a souligné le rôle de l'IE en déclarant que :

 "L'Internationale de l'Education n'a jamais été aussi pertinente, aussi nécessaire, aussi présente, ne s’est jamais autant exprimée et ... si quelqu'un est en mesure de faire bouger les lignes relativement a ces tendances en matière d'éducation, tracer une voie différente, renforcer le pouvoir, éduquer tous les jeunes sur leurs droits, leurs obligations et sur la façon de s'organiser et de se transformer, c'est bien nous".