Ei-iE

Déclaration | L’Internationale de l’Éducation appelle les gouvernements à assurer l’égalité d’accès aux vaccins et aux autres produits médicaux contre la COVID-19 en levant les droits de propriété intellectuelle

Publié 4 mars 2021 Mis à jour 14 juin 2021

L’Internationale de l’Éducation, la fédération mondiale des syndicats de l’éducation, exhorte les membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à soutenir les « Dérogations à certaines dispositions de l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) pour la prévention, l’endiguement et le traitement de la COVID-19 ».

Lancée par l’Afrique du Sud et l’Inde, et actuellement soutenue par une centaine de pays, la proposition de dérogations faciliterait un accès plus équitable aux vaccins, aux thérapies, aux technologies et aux moyens de diagnostic de la COVID-19.

L’Internationale de l’Éducation s’inquiète tout particulièrement du fait que les pays riches adoptent des approches nationalistes pour assurer leur approvisionnement en vaccins et accordent un monopole aux entreprises de l’industrie pharmaceutique. Au rythme où vont les choses, selon les prévisions, un grand nombre de pays de l’hémisphère Nord auront atteint une large couverture vaccinale en 2021, tandis que les pays les plus pauvres ne pourraient passer ce cap qu’en 2024. Le Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé a récemment souligné que jusqu’à présent, plus des trois quarts des vaccinations ne concernaient que dix pays. Nombre de ces pays ont acheté nettement plus de doses de vaccin que leur nombre d’habitant·e·s, dans certains cas, plusieurs fois leur population.

Les entreprises pharmaceutiques bénéficiant d’un monopole sur les vaccins, les traitements et les technologies liés à la COVID-19 entravent la répartition équitable des médicaments et ponctionnent des budgets publics déjà maigres et les investissements nécessaires à la relance après la pandémie, notamment dans le domaine de l’éducation et de la recherche.

Nous commençons seulement à mesurer les effets négatifs à long terme des fermetures d’écoles sur les enfants et les jeunes, notamment les effets disproportionnés sur des groupes d’élèves déjà défavorisés. Compte tenu du rôle important de l’enseignement en présentiel et du rôle essentiel que les enseignant·e·s et les personnels de soutien de l’éducation jouent à cet égard, l’Internationale de l’Éducation se réjouit qu’un nombre croissant de pays ayant accès aux vaccins ait décidé de donner la priorité au personnel éducatif dans les plans de vaccination nationaux. Cependant, les efforts de réouverture des écoles et des établissements d’enseignement dépendent de l’accès équitable aux vaccins dans le monde.

La lutte contre la COVID-19 et ses variants ne peut être gagnée qu’ensemble. Bien que l’Internationale de l’Éducation soutienne tous les efforts multilatéraux visant à améliorer l’accès aux vaccins contre la COVID-19 dans le monde, notamment le mécanisme COVAX, nous pensons qu’il est essentiel de résoudre les obstacles existants liés à la propriété intellectuelle, qui limitent la capacité mondiale de fabrication et de distribution de produits médicaux. L’Internationale de l’Éducation et ses 386 organisations membres, réparties dans 178 pays, exhortent tous les États membres de l’OMC à soutenir les dérogations à l’accord sur les ADPIC et à unir leurs forces pour mettre un terme à la pandémie de COVID-19.

Ensemble, nous pouvons ouvrir la voie à un accès équitable aux médicaments contre la COVID-19 pour tous et toutes.