Ei-iE

Credit: Child and Family Foundation
Credit: Child and Family Foundation

Honduras : un syndicat agit pour répondre aux besoins des éducateur·trice·s handicapé·e·s pendant la pandémie

Publié 17 juin 2021 Mis à jour 17 juin 2021

La pandémie de COVID-19 a conduit à l'innovation et à un engagement renouvelé des syndicats de l'enseignement. Au Honduras, le Colegio Profesional Superación Magisterial (COLPROSUMAH) a fait tout son possible pour garantir des conditions de vie et de travail décentes aux enseignant·e·s et aux personnels de soutien éducatif vivant avec un handicap.

Protéger les vies et les emplois

Le COLPROSUMAH a développé diverses activités et actions avec des membres en situation de handicap, comme par exemple l'élaboration d'un plan stratégique pour protéger leur vie et leur travail. Un protocole de sécurité a donc été développé.

Le syndicat a également pris note des priorités des membres en matière de protection de l'emploi et de garanties salariales et les a présentées aux autorités publiques compétentes.

Campagnes proactives

La pandémie de COVID-19 a également conduit le COLPROSUMAH à adopter ou à plaider en faveur de mesures garantissant la santé et la sécurité de ses membres, en particulier les éducateur·trice·s vivant avec un handicap.

De plus, le syndicat a organisé des formations sur l'utilisation et la gestion des outils technologiques, comme la plateforme Zoom et Google Teams. Ces outils ont aidé les éducateur·trice·s à établir des liens avec les enfants et leurs parents pendant la crise de santé publique.

Il a également fait campagne pour le retour à l'école en 2021 et a plaidé pour l'éducation publique et les emplois des éducateur·trice·s.

Le COLPROSUMAH a également impliqué ses membres, y compris les membres vivant avec un handicap, dans sa campagne « Défendez la planète, défendez la vie », à travers le Mouvement pédagogique hondurien.

Impact négatif de la pandémie

Une cause de préoccupation était la perte massive d'emplois temporaires d'enseignant·e·s, que le syndicat a critiquée.

Il a condamné le retrait des enfants des écoles publiques – beaucoup ont quitté l'école pour entrer sur le marché du travail informel afin de subvenir aux besoins de leur famille.

Il a également regretté le manque d'assistance du Programme alimentaire mondial qui avait contribué à nourrir des milliers d'enfants dans les écoles publiques avant la pandémie.

Donner la priorité aux salaires et à la vaccination

Parmi les demandes spécifiques du COLPROSUMAH aux autorités compétentes pour soutenir les enseignant·e·s et le personnel de soutien à l'éducation vivant avec un handicap pendant et après la crise du Covid-19 figurent :

  • Le paiement des salaires dus.
  • La priorité à donner à la vaccination de l’ensemble des enseignant·e·s, handicapé·e·s et valides, car il·elle·s sont également des travailleur·euse·s de première ligne pendant la pandémie.