Ei-iE

Jordanie : la solidarité mondiale en réponse à la dissolution du syndicat de l’éducation et au harcèlement des enseignant·e·s et des syndicalistes

Publié 26 octobre 2021 Mis à jour 29 octobre 2021

L’Internationale de l’Éducation a lancé un appel d’action urgente, appelant ses affiliés à exprimer leur solidarité avec leurs collègues de Jordanie, ainsi qu’une campagne avec LabourStart en réponse à la dissolution de la Jordanian Teachers’ Association (JTA) et aux licenciements massifs d’enseignant·e·s, dont 14 responsables de la JTA.

Les forces de sécurité jordaniennes ont arrêté et détenu des responsables de la JTA à l’occasion de la Journée mondiale des enseignant·e·s, célébrée le 5 octobre, à la suite du déploiement de la police anti-émeutes pour mettre fin aux manifestations pacifiques visant à dénoncer les attaques continues menées contre les droits syndicaux.

L’appel d’action urgente de l’Internationale de l’Éducation

L’Internationale de l’Éducation a lancé un appel d’action urgente concernant la Jordanie afin de protester contre la dissolution de la Jordanian Teachers’ Association, le renvoi d’enseignant·e·s et l’obstruction de l’action syndicale.

Selon l’Internationale de l’Éducation, la « criminalisation d’activités syndicales légitimes, dont les marches et les manifestations est inacceptable. La JTA a saisi l’occasion de la Journée mondiale des enseignant·e·s pour dénoncer le harcèlement continu dont elle est victime. Elle a également demandé de lever l’ensemble des obstacles empêchant les enseignant·e·s d’exercer leur droit à la liberté syndicale et aux négociations collectives ».

L’Internationale de l’Éducation a également remarqué que « le gouvernement jordanien a utilisé l’état d’urgence promulgué lors de la pandémie aux fins de harcèlement judiciaire des membres du syndicat, des enseignant∙e∙s et des travailleur∙euse∙s de l’éducation. La réglementation du travail relative aux fonctionnaires a été remise en cause afin de faciliter leur licenciement. Au moins 65 enseignant∙e∙s ont été contraint∙e∙s de partir en retraite anticipée. »

La JTA a été dissoute le 31 décembre 2020 par le tribunal de première instance d’Amman. Le 29 septembre 2021, le procureur général a rejeté l’appel déposé par la JTA contre sa dissolution et la peine d’emprisonnement d’un an prononcée contre les 14 membres de son conseil d’administration.

L’Internationale de l’Éducation invite, par le biais de l’appel d’action urgente, ses organisations membres à appeler les autorités jordaniennes à mettre fin au harcèlement de la JTA et à confirmer le droit de toutes les enseignantes et de tous les enseignants à adhérer au syndicat de leur choix et à exprimer leurs opinions sur la politique éducative.

La communauté syndicale mondiale demande la fin de la persécution

« En tant qu’éducatrices et éducateurs et syndicalistes, nous sommes résolument aux côtés de la JTA et de son droit de s’exprimer, de s’organiser et de plaider en faveur de leurs étudiantes et étudiants sans que ses membres soient harcelés et arrêtés ! La communauté syndicale mondiale demande la fin de la persécution », a déclaré le secrétaire général de l’IE David Edwards.

Les syndicalistes de l’éducation jordanien∙ne∙s ont également reçu le soutien de la Confédération syndicale internationale et de la Fédération internationale des ouvriers du transport.

Passez à l’action : rejoignez la campagne de l’Internationale de l’Éducation et de LabourStart

L’Internationale de l’Éducation a par ailleurs lancé, conjointement avec LabourStart, une campagne appelant les syndicalistes, militant∙e∙s et citoyen∙ne∙s à travers le monde à protester contre la dissolution de la Jordanian Teachers’ Association et les licenciements d’enseignant·e·s.

Vous pouvez signer la pétition ici.