Ei-iE

Irak: éducation de qualité pour les populations déplacées au Kurdistan

Publié 12 novembre 2014 Mis à jour 13 novembre 2014

Des syndicalistes enseignant(e)s et l'UNESCO ont organisé un atelier sur le thème du maintien du processus éducatif pour les enseignant(e)s, étudiant(e)s et apprenant(e)s déplacé(e)s.

Afin de célébrer la Journée mondiale des enseignant(e)s du 5 octobre et d'agir en faveur de l'amélioration de l'éducation, de l'apprentissage et de la situation des enseignant(e)s, étudiant(e)s et apprenant(e)s déplacé(e)s, le Kurdistan Teachers' Union(KTU), affilié à l'Internationale de l'Education (IE) et l'UNESCO ont organisé un atelier le 27 octobre à Erbil,en présence de représentant(e)s du Ministère de l'Education de l'Irak et de l'autorité de l'éducation du Kurdistan, ainsi que de 40 enseignant(e)s déplacé(e)s de Ninawa, Anbar, Salahaddin, et Baghdad, ainsi que de plusieurs membres du Secrétariat du KTU.

Dans leurs discours, le Représentant et Directeur du bureau de l'UNESCO pour l'Irak, Axel Plathe, le Président du KTU, Abdulwahed Mohammad Haji, et le Représentant du Ministère de l'Education ont souligné l'importance de l'unité et de la coopération pour faire face aux problèmes liés à l'éducation et à l'apprentissage dans la région du Kurdistan et en Irak.

« Si nous ne pouvons leur garantir un accès à l'éducation, 500.000 jeunes risquent d'être privés d'opportunités d'apprentissage et leur avenir sera compromis », a déclaré Plathe. Il a également salué les enseignant(e)s pour leur « rôle extrêmement important » dans cette phase, considérant qu'ils jouent un rôle décisif dans la formation des esprits et le façonnement des attitudes de ces 500.000 personnes, afin qu'ils puissent relever les nouveaux défis et saisir les occasions qui se présentent ».

Les participant(e)s se sont accordé(e)s sur la nécessité d'accélérer le processus de résolution de ces problèmes.

IE: Droit des enfants à l'éducation

« L'IE appelle, depuis sa création, toutes les nations à respecter et mettre en œuvre le droit de chaque enfant à l'éducation », a déclaré le Secrétaire général de l'IE Fred van Leeuwen. « Les enfants de réfugiées et réfugiés, de demandeuses et demandeurs d'asile ou d'autorisation de résidence à titre humanitaire sont plus vulnérables que les autres enfants. »

L'amélioration de l'accès à une éducation de qualité pour tous les enfants, y compris ceux présentant des besoins spéciaux, les enfants réfugiés et migrants (légaux ou illégaux) et la promotion d'une approche de l'éducation fondée sur les droits constituent une condition préalable à la participation à une société moderne et à la réalisation de la justice sociale et du développement durable, a-t-il indiqué.