Ei-iE

Yémen: des enseignant(e)s et des enfants tué(e)s dans une attaque

Publié 20 août 2015 Mis à jour 24 août 2015

Aux côtés du Partenariat Mondial pour l’Education et de l’UNICEF, l’Internationale de l’Education tient à exprimer sa profonde consternation face au bombardement aérien qui a entraîné la mort d’enseignant(e)s et d’enfants, dans ce pays déchiré par la guerre qu’est le Yémen.

Une salle des professeurs a été bombardée lors d’un raid aérien à Amran, au Yémen. Selon l’UNICEF, 13 enseignant(e)s et 4 enfants ont perdu la vie, tandis que 20 autres personnes ont été blessées. Les enseignant(e)s s’étaient rassemblé(e)s à cet endroit après la fin des cours, en vue de préparer des examens pour les milliers d’enfants qui n’ont pas pu terminer leur année scolaire en raison des combats incessants dans le pays.

Le Secrétaire général de l’IE Fred van Leeuwen a tenu à exprimer ses plus sincères condoléances aux familles des victimes, ainsi qu’au Yemen Teachers’ Syndicate, un affilié de l’IE. « Des incidents aussi tragiques que celui-ci prouvent une fois de plus combien il est important que les écoles soient des havres de paix. Avec la collaboration de nos partenaires au sein du GPE et de l’UNICEF, ainsi que de l’Envoyé spécial des Nations Unies pour l’Education mondiale, nous mettrons tout en œuvre pour veiller à ce que la communauté internationale aide non seulement les enfants à pouvoir bénéficier d’une éducation, mais également les enseignant(e)s à travailler en toute sécurité, même dans des circonstances aussi funestes », a expliqué Fred van Leeuwen.

Selon le GPE, le conflit qui fait rage au Yémen a eu des conséquences catastrophiques pour les enfants et les enseignant(e)s. Près de 400 écoles ont été endommagées par des tirs d’artillerie et des bombardements aériens, tandis que 95 autres établissements scolaires ont été entièrement détruits. En outre, 663 écoles sont actuellement inutilisables, car elles sont occupées par des groupes armés ou par des familles déplacées à l’intérieur même de leur pays. Au moins 3.600 établissements scolaires ont dû fermer leurs portes au cours des deux derniers mois, privant ainsi 1,8 million d’enfants d’une éducation.