Ei-iE

Des enseignant(e)s irakien(ne)s lancent une campagne pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes

Publié 14 janvier 2016 Mis à jour 15 janvier 2016

Conjointement à la campagne des 16 jours d’activisme contre la violence sexiste des Nations Unies, les enseignant(e)s irakien(ne)s ont organisé différentes activités autour du thème « De la paix nationale à la paix mondiale, une éducation pacifique pour tous ».

Afin de sensibiliser la population au problème de la violence à l’égard des femmes et de mettre en place des mesures concrètes visant à éradiquer ce fléau, le syndicat irakien Kurdistan Teachers Union(KTU) a lancé une série d’initiatives.

« Outre ces activités, et en collaboration avec les représentantes et représentants du KTU dans toutes les écoles se soumettant aux directives du syndicat, nous avons sensibilisé la population à l’importance d’une égalité des chances en matière d’éducation », a déclaré le Président du KTU, Abdalwahed M. Haje.

Cependant, la culture locale s’érige parfois en obstacle. C’est pourquoi le KTU a invité les parents à soutenir les efforts visant à réduire le taux d’enfants non scolarisés, qui s’élève actuellement à 12 %. Le KTU a également appelé le gouvernement et le ministère de l’Education à lui fournir davantage d’outils afin de réduire le nombre d’adultes n’ayant pas reçu d’éducation.

Voici quelques exemples d’événements organisés par le KTU:

  • Participation à un grand événement communautaire, rassemblant le Président du Conseil des ministres et son adjoint, les parlementaires, les ministres, les organisations de femmes et la société civile, à l’occasion du lancement de la campagne nationale le 16 novembre.
  • Organisation de cinq réunions dans les provinces d’Erbil, de Dahuk, de Souleimaniye et de Kirkouk, auxquelles ont participé des centaines de femmes. Ces rencontres ont mis l’accent sur l’importance de la campagne, sur le respect des femmes, sur le renforcement de l’égalité et sur l’explication des réglementations internationales en vigueur.
  • Organisation de deux séminaires accueillant deux intervenant(e)s et militant(e)s, Newroz Hawezy et Hero Kamal, qui ont présenté un grand nombre de données et de statistiques sur les actes de violence et les solutions trouvées, ainsi que sur les réglementations en matière de droits humains. En termes d’opportunités d’emploi, il a été souligné que l’éducation se portait bien, et affichait un ratio de 53 hommes pour 47 femmes.
  • Organisation de deux expositions de photographies. La première, organisée à Erbil, proposait des images et des graphiques mettant en exergue le rôle que jouaient les femmes dans la société par le passé, ainsi que la violence dont elles sont victimes. La deuxième, tenue à Souleimaniye, présentait des photographies autour du rôle de la femme dans l’organisation d’un foyer, ainsi que dans les domaines de la gestion, de l’économie et de l’agriculture. Ces deux événements ont mis en lumière le fait qu’une communauté saine, c’est une communauté dans laquelle les hommes comme les femmes participent de façon équitable.