Ei-iE

R.-U.: Renforcement de l’action syndicale dans le conflit salarial avec les universités

Publié 8 juin 2016 Mis à jour 13 juin 2016

L’University and College Union britannique a adopté une stratégie de perturbations ciblées lors des journées portes ouvertes et des cérémonies de remise des diplômes et un boycott des évaluations des étudiant(e)s pour protester contre les contrats de courte durée et les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes.

Lors de son Congrès de 2016, qui s’est tenu à Liverpool du 1er au 3 juin, l’ University and College Union(UCU) a exposé les prochaines actions qui seront menées dans le cadre du conflit salarial qui l’oppose aux employeurs universitaires. Les journées portes ouvertes des universités et les cérémonies de remise des diplômes connaîtront des perturbations cet été en raison des actions de grève que mèneront les sections individuelles du syndicat à ces occasions.

Les membres de l’UCU travaillant dans l’enseignement supérieur ont également voté pour un renforcement de leur action qui prendra la forme d’un boycott des évaluations et de l’organisation du travail à l’automne, si le conflit n’est pas réglé d’ici là.

Dates de grève

« A la suite de la décision des membres de soutenir le renforcement de l’action de grève, les sections locales ont déjà proposé des dates de débrayage visant les journées portes ouvertes et les cérémonies de remise des diplômes », a déclaré la secrétaire générale de l’UCU, Sally Hunt.

Les employeurs universitaires doivent reconnaître que le personnel n’acceptera plus des niveaux de salaires bas alors qu’en haut de la hiérarchie, certains bénéficient de l’augmentation des fonds alloués aux universités, a-t-elle souligné, ajoutant que « personne ne veut mener des actions syndicales, mais il est clair que ça suffit ».

L’UCU, a-t-elle affirmé, espère que les employeurs réagiront positivement à la décision des membres et leur feront une « offre salariale sérieuse ».

Grève du zèle

En plus du débrayage du 25 mai, les membres de l’UCU ont également entamé une grève du zèle. En d’autres termes, ils refuseront de faire des heures supplémentaires et d’effectuer des tâches supplémentaires ou bénévoles, comme assurer les cours prévus de collègues absents.

Le syndicat enseignant a également appelé les examinateurs extérieurs à démissionner de leur poste dans les conseils d’examen. Ce mouvement risque de perturber les évaluations de cet été, lorsque les conseils se réuniront pour discuter des réclamations concernant les résultats des examens. Les examinateurs extérieurs sont un élément essentiel de l’assurance qualité des universités, étant donné que pour chaque cours, un examinateur extérieur est nécessaire afin de garantir que l’évaluation de l’établissement est juste et comparable avec celle des autres.

Offre salariale basse

La discussion sur les rémunérations a démarré lorsque des membres de l’UCU travaillant dans des universités ont débrayé pendant deux jours. Le conflit a éclaté après la proposition d’une hausse salariale d’à peine 1,1 pour cent faite par les employeurs universitaires. L’UCU a déclaré que les universités pouvaient se permettre de payer davantage et la dernière offre ne faisait pas grand-chose pour compenser la réduction salariale de 14,5 pour cent en termes réels que ses membres subissent depuis 2009. Le gel du salaire du personnel intervient alors que les vice-recteurs ont bénéficié d’une hausse de salaire de 6,1 pour cent.