Ei-iE

Thaïlande: un bombardement devant une école fait deux victimes

Publié 14 septembre 2016 Mis à jour 15 septembre 2016

L’attaque, qui a tué un père et sa fille devant une école élémentaire, est le dernier d’une série d’actes violents liés à une décennie de conflit dans le sud du pays.

La bombe a explosé dans la province de Narathiwat au sud de la Thaïlande, alors que des parents déposaient leurs enfants à l’école ce 6 septembre. L’explosion provoquée par une moto stationnée en face de l’entrée de l’école a tué un homme et sa fille de cinq ans et blessé huit personnes.

IE: nos pensées les plus émues

« Nous sommes terriblement attristés par cet acte terrible et nous souhaitons faire part de notre profonde sympathie aux familles des victimes et à la communauté scolaire », a déclaré le Secrétaire général de l'Internationale de l'Education (IE) Fred van Leeuwen.

Au fil des années, l’IE a toujours condamné les meurtres d’enfants et d’enseignant(e)s tué(e)s dans des environnements éducatifs.

En 2009, L’IE a adopté une Déclaration, « Les écoles doivent être des sanctuaires surs » et a toujours demandé à la communauté internationale d’agir afin d’éviter les violations du droit à l’éducation, d’assurer partout la sécurité des apprenant(e)s, des enseignant(e)s, des personnels de l'éducation et des universitaires, de renforcer la législation internationale et de mettre fin à l’impunité.

L’éducation, un droit fondamental

« L’éducation doit être reconnue comme un droit fondamental en toutes circonstances et à ce titre tout doit être mis en œuvre pour protéger les écoles et le droit des enfants à l’éducation », a souligné van Leeuwen. Cependant, « si les faits et les régions varient, le fil conducteur reste constant: dans les pays où règnent des conflits et dans les Etats fragilisés, les enseignants et les étudiants mettent de plus en plus leur vie en danger en se rendant simplement au cours, parce que des rebelles, des forces armées et des régimes répressifs considèrent les écoles, les universités, les étudiants et les enseignants comme des cibles légitimes ».

Selon Deep South Watch, qui surveille le conflit en Thaïlande, plus de 6.500 personnes ont été tuées lors de violences insurrectionnelles dans les provinces à majorité musulmane de Yala, Narathiwat et Pattani depuis le début des 12 années de conflit.