Ei-iE

Irak : Les enseignant·e·s saluent la formation du KTU sur un enseignement à distance de qualité

Publié 23 février 2021 Mis à jour 25 février 2021

Les sessions de formation organisées par le Kurdistan Teachers’ Union (KTU) ont suscité l’intérêt des participant·e·s pour davantage de formations — et ont attiré plus de participant·e·s ! Rien que cette année, le KTU a formé 54 enseignant·e·s aux méthodes d’enseignement liées aux nouvelles technologies et à l’enseignement et l’apprentissage à distance. Cette formation à succès fait partie de son programme de sessions de formation organisées avec le soutien financier de l’Internationale de l’Éducation.

Depuis novembre 2020, le KTU a organisé neuf cours de formation sur les nouvelles méthodes d’enseignement et l’utilisation de la technologie dans l’éducation, avec la participation de 226 enseignant·e·s de neuf branches départementales du syndicat de l’éducation.

En outre, le KTU a organisé deux autres sessions de formation de trois jours à la fin du mois de janvier et au début du mois de février de cette année.

En janvier, 27 membres de l’antenne du KTU Erbil ont participé aux sessions de formation, suivis par le même nombre de participant·e·s du gouvernorat de Duhok en février.

Les lacunes des méthodes actuelles

Pendant les cours, les enseignant·e·s ont signalé les faits suivants :

  • La plupart des enseignant·e·s utilisent des méthodes d’enseignement dépassées ;
  • Les leçons sont généralement théoriques, et ne sont pas suffisamment axées sur les aspects pratiques ;
  • La technologie est mal utilisée ; et
  • L’intérêt pour les cours d’art, de musique et de sport est très faible, en raison du manque d’enseignant·e·s spécialisé·e·s.

Demande de formation supplémentaire

Trouvant la formation très fructueuse, les participant·e·s ont souligné la nécessité d’améliorer les connaissances sur l’apprentissage en ligne et ont suggéré une durée plus longue des sessions de formation.

Il·Elle·s ont souligné la nécessité de poursuivre ces formations, le ministère de l’Éducation n’ayant mis en place aucun cours au cours des années précédentes en raison de la situation financière difficile du pays. Il·Elle·s ont aussi clairement indiqué que le nombre de participant·e·s devrait être augmenté et que les sessions de formation devraient couvrir les deux aspects de l’enseignement, c’est-à-dire la théorie et la pratique.