Ei-iE

Eswatini : l’Internationale de l'Éducation offre son plein soutien aux syndicalistes du secteur de l'éducation

Publié 11 avril 2023 Mis à jour 13 octobre 2023

L’Internationale de l'Éducation (IE) a dépêché une mission de haut niveau en Eswatini pour rappeler sur place le soutien de la communauté des syndicats de l'éducation à l’égard des collègues du pays, et exhorter les autorités publiques nationales à cesser immédiatement toute persécution envers les dirigeant·e·s de la Swaziland National Association of Teachers (Association nationale des enseignants du Swaziland ; SNAT), à initier une gouvernance démocratique au sein du pays et à respecter les droits humains et syndicaux fondamentaux.

Composée du secrétaire général de l’IE, David Edwards, du vice-président de l’IE, Mugwena Maluleke, et du directeur du Bureau régional Afrique, Dennis Sinyolo, cette mission a été accueillie par le secrétaire général de la SNAT, Lot Vilakati, et a rencontré le ministre de l’Éducation de l’Eswatini, le Cabinet du Premier ministre et le centre syndical national afin de trouver une solution au harcèlement que subissent les dirigeant·e·s de la SNAT de la part du gouvernement.

Bien que l’Eswatini ait ratifié les Conventions 87 – liberté syndicale et la protection du droit syndical – et 98 – droit d'organisation et de négociation collective – de l’Organisation internationale du Travail (OIT), les syndicats ne sont pas autorisés à battre le pavé ou à manifester et la SNAT est dans le viseur du gouvernement en raison de son militantisme syndical.

« C’est un grand honneur d’être en présence d’une organisation si engagée, courageuse et animée, qui défend un enseignement et un apprentissage de qualité pour les élèves et les enseignantes et enseignants de l’Eswatini face à la répression, à la violence et aux menaces. Les enseignantes et enseignants du monde entier sont derrière vous ! », a déclaré David Edwards aux membres de la SNAT au cours de la mission en mars.

Et d’ajouter : « Nous craignons pour la sûreté et la sécurité des enseignantes et enseignants et des citoyennes et citoyens face à ce que nous considérons une répression inutile. Les droits humains et la précarisation de l’éducation suscitent également des inquiétudes. Nous voulions nous assurer que le président de la SNAT soit traité de manière équitable, reprenne son poste et perçoive une rémunération. »

« Si le gouvernement du pays n’apporte aucune solution, l’IE se rendra à l’Organisation internationale du Travail pour introduire une plainte », a ajouté David Edwards. « Nous aborderons également la situation avec l’ONU, l’UNESCO, le Partenariat mondial pour l’éducation et l’ensemble des autres membres de la communauté enseignante. Ces organisations internationales attendent que chaque pays traite ses enseignantes et enseignants de manière équitable et respecte leurs droits, et que chaque membre du personnel enseignant puisse enseigner à ses élèves, qui peuvent apprendre, sans craindre d’être intimidés et en disposant des ressources nécessaires. La balle est désormais dans le camp du gouvernement », a-t-il conclu.

La mission a été dépêchée après que le Bureau exécutif de l'IE a réaffirmé, par le biais d'une résolution sur l’Eswatini adoptée lors de sa réunion de mars 2023, « la solidarité et le soutien indéfectibles de l'IE envers la SNAT, ses dirigeantes et dirigeants et ses membres », et appelé le Secrétariat de l'IE à « organiser une mission de haut niveau pour rencontrer les autorités de l'Eswatini afin de rétablir le dialogue et le respect des normes internationales du travail ».

Soutien des collègues africain·e·s

Le Comité Régional Africain de l'Internationale de l’Education, réuni à Johannesburg, en Afrique du Sud, les 21 et 22 mars 2023, a par ailleurs adopté une résolution sur l’Eswatini dans laquelle il se dit « vivement [préoccupé] par l'évolution de la situation au Royaume d’Eswatini, dont le gouvernement continue à abuser des droits syndicaux et à priver la SNAT du droit et de l'autonomie de s'engager activement dans les dialogues avec le gouvernement sur toutes les questions relatives au bien-être, à la formation et à la rétention du personnel enseignant ».

Déplorant que « le gouvernement d'Eswatini a maintenu son harcèlement à l’encontre du président de la SNAT en raison de son engagement dans le syndicat, et par les tentatives persistantes du gouvernement d'affaiblir la SNAT en interférant avec le système de prélèvement et en refusant d'augmenter les cotisations ou d'enregistrer de nouveaux membres syndicalistes », il lance un appel pressant au gouvernement d'Eswatini à :

  • Respecter et protéger les droits fondamentaux des travailleur∙euse∙s et des syndicalistes, notamment le droit à la liberté d'association, à la négociation collective et au libre exercice du droit de réunion, conformément aux normes internationales du travail, dont l'Eswatini est signataire, en particulier la Convention 87 de l'OIT sur la liberté d'association et la Convention 98 de l'OIT sur le droit d'organisation et de négociation collective ;
  • Cesser sans délai toute forme de harcèlement et d'intimidation à l'encontre des syndicalistes et des militant·e·s des droits humains, et à s'engager au contraire dans un dialogue constructif et permanent avec la SNAT ;
  • Maintenir le système de prélèvement et répondre à la question de l'augmentation des cotisations de la SNAT dans les délais impartis, et faire inscrire tous les nouveaux membres syndiqués comme l'exige la loi ; et
  • Rétablir le salaire et les avantages du président de la SNAT, abandonner toutes les accusations portées contre lui pour avoir exercé des fonctions syndicales légitimes et assurer sa sécurité.

Journée mondiale d’action

Le 12 avril, l’IE se joindra à d’autres confédérations syndicales internationales et observera une journée mondiale d’action en solidarité avec les syndicalistes de l’Eswatini, qui subissent les attaques de leur gouvernement.

Les syndicalistes et les militant·e·s des droits humains des quatre coins du monde exigent :

  • La fin de la culture d'impunité.
  • La disparition des violations des droits humains et syndicaux.
  • L’institution d'un dialogue entre le gouvernement et l’ensemble des parties impliquées ainsi qu’une enquête indépendante sur l’assassinat de défenseur·euse·s des droits humains et de syndicalistes.

Visionnez le message de soutien du secrétaire général de l’IE: