Ei-iE

Photo: GPE / Kelley Lynch
Photo: GPE / Kelley Lynch

#Rattraponsleretard #0: Les éducateur·rice·s évaluent les progrès accomplis en vue de la réalisation de l’ODD 4, par David Edwards.

Écrit par: David Edwards Publié 2019-07-09 Mis à jour 2019-07-14

En 2015, les gouvernements se sont engagés à atteindre l’objectif d’une éducation de qualité, inclusive, équitable pour toutes et tous d’ici 2030 (Objectif de développement durable 4, ODD 4). Quatre ans plus tard, le monde accuse un retard très important pour ce qui est de la concrétisation de l’objectif. Cette série de mini-blogs présente quelques-unes des nombreuses difficultés qui entravent la réalisation de l’ODD 4, du point de vue des enseignant·e·s et des personnels de soutien à l’éducation. Cinq études de cas concernant le Maroc, les Philippines, la Turquie, le Royaume-Uni et le Ghana seront publiées au cours des deux prochaines semaines à l’occasion du Forum politique de haut-niveau des Nations Unies, où l’ODD 4 fera, pour la première fois, l’objet d’un examen majeur.

---

Ce jour, les dirigeant·e·s réuni·e·s à New York dans le cadre du Forum politique de haut-niveau feront le point sur les progrès réalisés en vue de l’Objectif de développement durable (ODD) 4. Pour l’occasion, l’Internationale de l’Éducation a demandé aux enseignant·e·s et aux personnels de soutien à l’éducation où en est le monde en matière d’accès de chacun·e à une éducation de qualité. La réponse est sans équivoque: le monde accuse un retard très important pour ce qui est de la réalisation de l’ODD 4 d’ici 2030. Trop peu de gouvernements ont pris les mesures nécessaires pour atteindre l’objectif et certains ont mis en œuvre des politiques qui compromettent systématiquement le programme.

La privatisation de l’éducation s’intensifie et l’enseignement public fait l’objet de restrictions budgétaires, écartant les plus fragiles d’un accès à l’éducation de qualité. Les enseignant·e·s et les personnels de soutien à l’éducation connaissent de mauvaises conditions d’emploi et de travail (contrats précaires, cadres de travail dangereux, charges de travail élevées, salaires médiocres) alors que leur situation continue de se dégrader. Les droits syndicaux fondamentaux et les droits des enseignant·e·s sont bafoués et les enseignant·e·s ne sont pas suffisamment impliqué·e·s dans l’élaboration des politiques. La discrimination à l’encontre des minorités s’est généralisée avec la montée de l’extrême droite et les étudiant·e·s vulnérables ne bénéficient pas de l’aide nécessaire pour accéder à l’éducation, en tirer parti et poursuivre leurs études. Les enseignant·e·s manquent souvent de l’autonomie professionnelle ou du soutien leur permettant de former les étudiant·e·s à l’éducation au développement durable, notamment le changement climatique, et le sujet est marginalisé bien qu’étant au cœur de l’ensemble du programme de développement durable.

Cette série de mini-blogs montre à quel point nous sommes loin d’atteindre l’ODD 4 dans certains pays. Au Maroc, le gouvernement a récemment embauché 55.000 enseignant·e·s dans le cadre de contrats précaires; aux Philippines, les étudiant·e·s autochtones sont privé·e·s de leur droit à une éducation de qualité qui soit pertinente et dispensée en toute sécurité dans les écoles Lumad; en Turquie, les droits humains et syndicaux sont bafoués et les universitaires sont emprisonné·e·s; au Royaume-Uni, le financement de l’éducation a fait l’objet de coupes, l’ODD 4 n’est pas une priorité nationale et les aides budgétaires sont allouées à l’enseignement privé; et au Ghana, au lieu de financer durablement et de renforcer le système d’enseignement public, le gouvernement lance de nouvelles initiatives visant à privatiser l’éducation.

Les difficultés ne manquent pas, mais nous pouvons encore faire en sorte de concrétiser l’ODD 4 d’ici 2030. Il est encore possible de changer de cap, de rattraper le temps perdu et d’assurer une éducation de qualité pour toutes et tous à l’horizon 2030, si les gouvernements prennent dès à présent des mesures d’urgence et abordent avec sérieux leur engagement en faveur de ODD 4.

Pour se remettre sur les rails, les gouvernements doivent démontrer que leur engagement envers les ODD n’est pas seulement un vœu pieux, s’appuyant sur les termes des ODD pour les politiques en cours et présentant une image positive des progrès réalisés à la communauté internationale. Les gouvernements doivent de toute urgence veiller à disposer de plans clairs, réalistes et financés, qui seront mis en œuvre à l’horizon 2030. Ils doivent prévoir des mécanismes de coordination adaptés et donner l’impulsion nécessaire au sein des gouvernements afin de contrôler et d’orienter la mise en œuvre. Ils doivent joindre l’acte à la parole, en veillant à accorder la priorité à la mise en œuvre des ODD et à s’assurer de leur financement. Ils doivent procéder à un examen critique des politiques existantes en n’hésitant pas à modifier celles qui fragilisent les ODD: tant que la démocratie, les droits humains et l’enseignement public seront menacés, la réalisation de l’ODD 4 restera impossible.

Et enfin, pour se remettre sur les bons rails en vue de l’ODD 4, les gouvernements doivent être à l’écoute des acteur·rice·s de terrain et leur donner les moyens d’agir, les enseignant·e·s et les personnels de soutien à l’éducation qui, par leur expertise, sont les plus compétent·e·s pour identifier les réussites et les freins. Cette série de mini-blogs indique comment les syndicats d’enseignants contribuent activement à la mise en œuvre de l’ODD en défendant les droits fondamentaux des étudiant·e·s et des enseignant·e·s et en militant en faveur du respect des principes transformateurs des ODD. Bien que la mise en œuvre des ODD relève des gouvernements, les éducateur·rice·s et leurs syndicats sont également des acteurs clés pour progresser en vue de l’ODD 4 et en faveur d’un monde meilleur pour toutes et tous.

Il y a de l’espoir. Nous pouvons encore combler le retard accumulé en vue de l’ODD 4, mais le temps presse: l’Internationale de l’Education appelle les gouvernements à agir dès à présent.

Télécharger « Off Track : Educators Assess Progress Towards SDG 4 » ici (en anglais) et le résumé en FRANCAIS, ANGLAIS et ESPAGNOL.

Le contenu et les avis exprimés dans ce blog sont ceux de son auteur et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Internationale de l’Education.