• Accueil
  • News
  • Afrique : les syndicats d’enseignants continuent à lutter contre le travail des enfants malgré la pandémie de COVID-19

Afrique : les syndicats d’enseignants continuent à lutter contre le travail des enfants malgré la pandémie de COVID-19

Alors que la crise de la COVID-19 menace les progrès réalisés pour scolariser et faire sortir les enfants du monde du travail, un webinaire a réuni des syndicalistes et des expert·e·s pour renforcer les stratégies et permettre aux enseignant·e·s de continuer à aider les élèves.

Organisé par le Bureau régional pour l’Afrique de l’Internationale de l’Éducation (IERAF), le webinaire s’est tenu le 26 novembre pour donner aux syndicats de l’éducation l’occasion d’en apprendre davantage sur les nombreuses bonnes pratiques développées dans le cadre des projets de création de zones exemptes de travail des enfants. Les syndicats ont également expliqué comment ils avaient poursuivi leur travail malgré la fermeture des écoles pendant la pandémie de COVID-19. 
 
« Les projets de l’Internationale de l’Éducation sur le travail des enfants en Afrique ont amélioré la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage ; rendu les écoles plus attrayantes grâce à des activités extrascolaires, telles que le sport et le théâtre ; contribué à rendre les écoles sûres et sécurisées grâce à une série de mesures visant à protéger les filles et à mettre fin aux châtiments corporels », a déclaré Dennis Sinyolo, coordinateur régional principal pour l’Afrique, lors de l’ouverture du webinaire de l’IERAF. « De plus, les syndicats ont renforcé leur légitimité et leur agence, ce qui a renforcé leur capacité à faire pression pour obtenir de meilleures infrastructures et de meilleurs matériels dans les écoles », a-t-il ajouté.
 
Sinyolo a rappelé qu’une récente étude de l’Internationale de l’Éducation Région Afrique, lancée à l’occasion de la Journée mondiale des enseignant·e·s, a montré que de nombreux enfants pourraient ne pas retourner à l’école une fois que la crise sanitaire se sera calmée. Toutefois, il a noté que l’impact des projets sur le travail des enfants avait été impressionnant. L’année prochaine, cela sera l’Année internationale de l’élimination du travail des enfants et en 2022, la Conférence mondiale sur le travail des enfants doit se tenir en Afrique du Sud. Les membres de l’Internationale de l’Éducation en Afrique auront donc de nombreuses occasions de partager leurs bonnes pratiques et stratégies pour marquer ces occasions. 
 
Pilirani Kamaliza, du Teachers’ Union of Malawi (TUM) a expliqué que lorsque les écoles ont fermé en mars à cause de la COVID-19, l’incidence du travail des enfants a inévitablement augmenté. Son syndicat, en collaboration avec le Private School Employees Union of Malawi (PSEUM), a organisé des sessions de dialogue social au niveau communautaire et a mis en place un système de surveillance du travail des enfants dans les districts cibles. Les syndicats ont également fait la promotion des cours des écoles publiques à la radio. Lorsque les écoles ont rouvert en octobre, les syndicats ont mené des campagnes de retour à l’école et ont fait le tour des villages pour diffuser un message encourageant les parents à renvoyer leurs enfants à l’école. Ils ont également organisé des réunions avec les chefs de village et les parents et ont placé dans des endroits stratégiques des panneaux avec des messages contre le travail des enfants. En conséquence, le nombre d’inscriptions dans les écoles des zones cibles était beaucoup plus élevé qu’ailleurs. Aujourd’hui, les enseignant·e·s suivent les enfants pour s’assurer qu’ils restent à l’école. 
 
Marième Sakho, membre du Bureau exécutif de l’Internationale de l’Éducation venant du Syndicat des professeurs du Sénégal (SYPROS), a expliqué les différentes stratégies adoptées par les projets sur le travail des enfants pour sensibiliser à la valeur de l’éducation des filles et aux dangers du mariage et de la grossesse précoces. Les questions de genre ont été intégrées dans les programmes de développement professionnel des enseignant·e·s. Les projets ont mis l’accent sur la garantie de la sécurité des filles. Au Mali, les communautés se sont organisées pour accompagner les enfants sur le chemin de l’école. En Ouganda, le syndicat a réussi à faire en sorte qu’il y ait au moins une enseignante expérimentée dans chaque école. Les projets ont également fait pression pour que les filles disposent de toilettes séparées, ont organisé des formations sur la gestion des menstruations, ont fourni des uniformes scolaires et des serviettes hygiéniques supplémentaires et ont organisé des séances de sensibilisation sur les menstruations pour les garçons et les filles.
 
Diarra Traoré, présidente du Réseau des femmes du Syndicat national de l’éducation et de la culture (SNEC) du Mali, a expliqué comment les projets sur le travail des enfants, qui ont débuté en 2014, ont cherché à impliquer tous les acteurs de l’éducation et à promouvoir une approche de dialogue social au niveau communautaire. Les projets ont mis en place des structures de coordination comprenant les autorités locales de l’éducation, les maires, les comités de gestion des écoles, les organisations de femmes, les organisations de jeunes, et le chef et les anciens du village. Grâce au dialogue, il a été possible de modifier les attitudes à l’égard du travail des enfants et de maintenir les enfants, y compris les filles, à l’école. 
 
Filbert Bates, secrétaire général de l’Uganda National Teachers Union (UNATU) a expliqué comment l’un des thèmes abordés dans les cours de formation professionnelle pour les enseignant·e·s portait sur les mesures disciplinaires alternatives. Bien que le châtiment corporel ait été interdit dans les écoles en 2016, de nombreux enseignant·e·s n’ont pas bénéficié de cours de recyclage et ne connaissent pas l’évolution des tendances. Il existe un dicton courant en Ouganda : « Épargne la baguette, gâte l’enfant ». Le châtiment corporel est l’une des principales raisons pour lesquelles les enfants abandonnent l’école. Lorsqu’il n’est plus utilisé, le taux de scolarisation et de rétention augmente. Le syndicat a constaté que les enseignant·e·s sont devenus plus motivé∙e∙s, que les relations avec les enfants et les parents se sont améliorées et que les résultats scolaires ont augmenté. L’UNATU est fier de participer à ce combat. 
 
Au cours de la discussion, des participant·e·s ont souligné l’importance d’une approche communautaire et le rôle crucial de l’association des mères d’élèves pour contribuer à ce que les filles restent à l’école. D’autres ont expliqué comment les projets avaient accru la légitimité et la visibilité des syndicats auprès des autorités éducatives et des communautés locales. Au Zimbabwe, le projet a mis l’accent sur les arts visuels et du spectacle. Grâce à une approche de dialogue social, les syndicats ont travaillé à la promotion d’une forme de contrat social entre l’école et la communauté pour régir la manière dont les enfants sont traités et pour promouvoir l’éducation des enfants. Les coordinateur·trice·s du projet ont estimé que c’était une initiative très utile.
 
Dans ses remarques finales, Haldis Holst, secrétaire générale adjointe de l’Internationale de l’Éducation, a déclaré que le travail des enfants continuera d’être une priorité importante pour l’organisation. Elle a remercié les partenaires de développement, AOb, FNV Mondiaal, la coalition Stop Child Labour aux Pays-Bas et la Fondation pour une enfance équitable du syndicat allemand Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft. Elle a ajouté que même si les syndicats n’ont pas de projets financés par l’extérieur, ils peuvent toujours mener des actions de sensibilisation, partager de bonnes expériences et aider à créer des changements. Le webinaire a été très positif et a montré comment les syndicats traitent un problème complexe de manière très constructive. 
 
Pour plus d’informations sur les projets de l’Internationale de l’Éducation sur le travail des enfants, voyez ici et consultez la page Facebook de l’Internationale de l’Éducation « Educators against Child Labour » (Les enseignant∙e∙s contre le travail des enfants).