Ei-iE

Journée internationale des droits des femmes 2021 | Déclaration des fédérations syndicales mondiales pour la région arabe

Publié 2021-03-08 Mis à jour 2021-03-09

Appel à tous les syndicats à « Intensifier les efforts pour un monde du travail exempt de violence et de harcèlement »

La Journée internationale des droits des femmes est célébrée dans le monde depuis 1910. Depuis lors, de nombreux progrès ont été réalisés pour faire avancer les droits des femmes et l’égalité entre les femmes et les hommes, mais beaucoup reste à faire.

La pandémie de COVID-19 a frappé le monde entier, mais dans la région arabe, la crise a mis en évidence les points vulnérables de ses sociétés, de ses institutions et de ses économies. La crise a également creusé les inégalités entre les femmes et les hommes.

Alors que nous luttons contre la pandémie de COVID-19, nous voyons les femmes prendre l’initiative de la réponse à la crise. La pandémie a été un rappel brutal du fait que la crise affecte les femmes et les hommes différemment et a exacerbé les défis auxquels les femmes sont d’ordinaire confrontées.

Depuis l’apparition de la COVID-19, les rapports ont révélé une aggravation de tous les types de violence à l’égard des femmes et des filles.

La crise sanitaire et sociale a également montré combien est vitale, et pourtant sous-estimée sur le plan économique, la valeur des services que rendent les travailleurs des services essentiels, parmi lesquels les femmes, souvent migrantes, sont majoritaires.

Les cas de violence et de harcèlement dans le monde du travail et en ligne se sont également multipliés. L’un des principaux effets est la violence économique que subissent les femmes en raison de la fermeture illégale de lieux de travail, de la suspension et de la perte d’emplois, des tâches familiales non rémunérées, etc.

Des mesures doivent être prises d’urgence dans le cadre de la crise de la COVID-19 et par la suite pour faire en sorte que soit respecté le droit de chacun·e à un monde du travail exempt de violence et de harcèlement. Et pour bâtir une reprise durable et parvenir à une résilience plus forte dans les crises futures.

La lutte contre la violence et le harcèlement dans le monde du travail est depuis longtemps une priorité pour toutes les fédérations syndicales mondiales et leurs membres dans le monde et le travail dans ce domaine est aujourd’hui plus important que jamais.

Les efforts visant à faire ratifier la Convention 190 et à mettre en œuvre tant la convention que la recommandation doivent être un élément essentiel de la réponse et des mesures de relance.

La convention offre aux syndicats et à d’autres parties prenantes une base pour combattre la violence et le harcèlement dans le monde du travail. Elle couvre tous les secteurs – public et privé – ainsi que l’économie informelle.

Les syndicats font partie de la solution et sont le reflet de la société. Ainsi, l’éradication de la violence et du harcèlement s’accompagnera d’un changement de normes, de pratiques et de comportements.

Ensemble, nous faisons pression sur les gouvernements du monde pour ratifier cette convention phare et nous insistons pour que l’éradication de la violence et du harcèlement au travail devienne une réalité.

La Convention 190 de l’Organisation internationale du Travail représente un pas important vers la protec-tion des travailleuses, en contribuant à la lutte plus vaste pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

L’égalité entre les femmes et les hommes est une question de droits humains qui nous concerne tou·te·s et qui est cruciale pour le fonctionnement démocratique de nos syndicats et de nos sociétés. En notre qualité de syndicalistes, nous ne devons jamais perdre de vue que nous sommes aux avant-postes de cette lutte.

Toutefois, nous reconnaissons également que la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans les syndicats et dans la société au sens large se poursuit.

C’est pourquoi nous lançons un appel aux fédérations syndicales mondiales et à leurs membres pour qu’ils renouvellent leur engagement envers l’égalité entre les femmes et les hommes et prennent des mesures pour parvenir à un monde du travail exempt de violence et de harcèlement :

  • En exhortant les gouvernements de la région arabe à ratifier la C190 de l’Organisation internatio-nale du Travail et à mettre en œuvre la Recommandation 206 aux niveaux national, sectoriel et du lieu de travail ;
  • En améliorant les connaissances et en sensibilisant à la violence et au harcèlement sur le lieu de travail, notamment par la collecte et la publication de données et le signalement des cas ;
  • En préparant et en finalisant des rapports réguliers pour les gouvernements nationaux et l’Organisation internationale du Travail ;
  • En affirmant l’importance de la Convention dans le dialogue social et en insistant pour qu’elle soit incluse en tant que clause dans les conventions collectives pour une meilleure protection.