Ei-iE

Credit: GPE Kelley Lynch
Credit: GPE Kelley Lynch

L’Internationale de l’Éducation se joint à l’appel mondial pour investir dans les droits des filles

Déclaration à l'occasion de la Journée internationale de la fille - 11 octobre 2023

Publié 11 octobre 2023 Mis à jour 11 octobre 2023

Le 11 octobre, Journée internationale de la fille, est une journée de mobilisation et d'action pour faire progresser les droits des filles dans le monde. Au milieu d’évolutions inquiétantes qui ont anéanti des décennies de progrès en matière de droits des filles, l’Internationale de l’Éducation se joint à ses alliés du monde entier pour appeler les gouvernements et la communauté internationale à investir et à protéger les droits des filles.

« Investir dans les droits des filles : notre leadership, notre bien-être » est le thème de l'ONU pour la journée. Des actions et des investissements sont de toute urgence nécessaires afin de surmonter les obstacles persistants à la réalisation du droit à une éducation publique de qualité pour les filles.

Les obstacles à l'accès à l’éducation

À l’échelle mondiale, les filles continuent de voir leur éducation menacée et perturbée, et dans les pires cas, le droit des filles à l’éducation est totalement interdit.

C’est le cas de l’Afghanistan, où depuis 2021, les filles ne peuvent pas aller à l’école au-delà de leur 6e année d’école, n’ont pas accès à l’université. Les femmes et les filles afghanes ont été complètement exclues de la vie publique, ce que les les Nations Unies ont décrivent comme un apartheid des genres.

Depuis des décennies, les femmes et les filles iraniennes sont confrontées à la discrimination et à l’oppression au sein du système éducatif, avec des pratiques telles que la ségrégation sexuelle, des manuels scolaires biaisés et des codes vestimentaires restrictifs qui limitent leurs opportunités et perpétuent l’inégalité entre les sexes. De plus, des recherches menées par l’Internationale de l’Education ont révélé une horrible campagne de violence contre les écolières lors des manifestations nationales « Femme, vie, liberté ». En collaboration avec le Conseil de coordination des associations professionnelles d'enseignant·e·s iranien·ne·s, l'Internationale de l'Education a documenté 358 attaques chimiques contre 325 écoles de filles entre le 3 décembre 2022 et le 29 avril 2023. L'empoisonnement des écoles de filles visait à réprimer la résistance et à semer la peur dans les familles, conduisant les parents à empêcher leurs filles à la maison, perturbant ainsi leur éducation.

En France, les femmes et les filles assistent à l’intensification des discriminations gouvernementales à l'égard des personnes musulman·e·s à travers l'interdiction du port de l'abaya dans les écoles publiques. Au début de la nouvelle année scolaire, 67 jeunes filles ont reçu une interdiction d’accès à l’école car elles portaient une abaya, un kimono ou un vêtement féminin large. La controverse de l'abaya provient d’un lien faussement établit avec l'Islam et donc, perçu comme enfreignant les règles de la laïcité au sein de l'éducation nationale. Ainsi, des centaines de filles ont été invitées à changer de tenue afin de pouvoir être autorisée à accéder à l’école.

Simultanément, le changement climatique limite également les droits à l’éducation de millions de filles dans le monde. Si la crise climatique constitue la plus grande menace qui pèse sur l’humanité et notre planète, son impact n’est pas égal car ce sont les femmes et les filles issues de milieux défavorisés les premières à en être victime.

Les filles, en particulier celles vivant dans les communautés défavorisées de l’hémisphère sud, sont plus susceptibles d’abandonner leurs études ou de manquer l’école en raison des impacts climatiques. Selon les mots de la militante climatique Vanessa Nakate, « la lutte pour la justice climatique est la même que la lutte pour la justice de genre ». Réduire l’inégalité entre les sexes dans l’éducation peut aider les pays à mieux s’adapter à la crise climatique et à réduire le rythme et les impacts du changement climatique. Une étude a révélé que, le nombre de décès causés par des phénomènes météorologiques extrêmes liés au changement climatique, pourrait être inférieur de 60% d’ici 2050 si 70% des filles accédaient au premier cycle de l’enseignement secondaire.

Selon les données de l’UNESCO, la pauvreté reste l’un des principaux obstacles à l’éducation des filles. Dans plus de 20 pays, moins de 10 % des jeunes femmes pauvres des zones rurales ont terminé leurs études secondaires supérieures. Au Bénin, au Cameroun, au Congo et au Mali, pratiquement aucune des filles les plus pauvres n’a terminé ses études secondaires supérieures. 118,5 millions de filles en âge d’aller à l’école primaire et secondaire ne sont pas scolarisées.

Investir dans l’éducation publique, c’est investir dans le droit des filles à l’éducation

Une éducation publique gratuite, de qualité, inclusive et transformatrice au niveau de l’égalité des genres pour tou·te·s est un droit humain, et, un bien public et le moyen le plus efficace de garantir l’équité et l’égalité dans nos sociétés. Pourtant, l’éducation publique est sous pression partout dans le monde et chroniquement sous-financés depuis des décennies avec des systèmes éducatifs publics peinant à répondre pleinement aux besoins des étudiant·e·s. De plus, la privatisation et la commercialisation croissantes dans le secteur menacent de transformer l’éducation en un privilège réservé à quelques-un·e·s, et non plus d’un droit pour tou·te·s où les filles sont les premières à perdre l’accès à l’éducation.

Ainsi, le monde a besoin de dizaines de millions d’enseignant·e·s supplémentaires d’ici 2030 pour parvenir à une éducation de base universelle. Or, les tendances actuelles voient ce déficit se creuser, de nombreux·euses enseignant·e·s quittant la profession et de moins en moins de jeunes aspirant à devenir enseignant·e·s.

En réponse à cette crise, les syndicats de l’enseignement du monde entier unissent leurs forces pour construire une éducation publique inclusive de qualité pour tou·te·s. Sous la bannière de la campagne La force du public : Ensemble on fait école!, les éducateur·trice·s appellent les gouvernements à investir dans l’éducation publique et dans les enseignant·e·s, le facteur le plus important pour parvenir à une éducation de qualité.

L’Internationale de l’Éducation et ses organisations membres continueront de se mobiliser et d’organiser une éducation publique gratuite de qualité faisant progresser les droits des filles dans toute leur diversité et leur permettant d’atteindre leur plein potentiel en tant que dirigeantes et actrices de changement.